Un ancien responsable du Foyer de Charité de Courset soupçonné d'abus sexuels et d'autorité

Dans une lettre publiée fin janvier 2020, le Foyer de Charité de Courset a révélé que plusieurs membres accusaient un ancien prêtre, responsable et fondateur du Foyer, "d'abus spirituels, sexuels ou d’autorité".

L'ancien responsable du Foyer avait été démis de ses fonctions en 2006, après signalement auprès de l'évêque d'Arras. Photo d'illustration
L'ancien responsable du Foyer avait été démis de ses fonctions en 2006, après signalement auprès de l'évêque d'Arras. Photo d'illustration © MAXPPP
Le Foyer de Charité Courset, situé dans le Boulonnais, met en cause un de ses prêtres éminents dans une lettre datée du 27 janvier 2020. 

Publiée sur le site internet du Foyer, cette lettre fait état "d'abus spirituels, sexuels ou d’autorité" que des membres du foyer auraient subi de la part du père Michel Tierny, décédé en 2011. 

Le prêtre Michel Tierny "a reconnu les faits"

En 2006, une femme se plaint des agissements du prêtre auprès de Monseigneur Jaeger, évêque d'Arras. Elle accuse notamment le fondateur du foyer d'abus sexuels. Michel Tierny se voit alors retirer l'ensemble de ses ministères par Monseigneur Jaeger. Il réside ensuite à Arras, jusqu'à son décès, sans exercer aucune mission écclésiastique.

Une accusation qui n'a pas été signalée : "La membre du foyer est une adulte. Cette personne a toute liberté de porter plainte mais elle ne le souhaitait pas", a expliqué l'évêque dans une interview à La Voix du Nord

Des actes qu'a "reconnu" le prêtre selon son supérieur hiérarchique. "L’histoire de notre foyer a été marquée douloureusement par les agissements de son fondateur", insistent les responsables actuels du foyer dans la lettre.

Un travail communautaire pour "libérer la parole"

L'an dernier, le foyer "a décidé de faire appel à un psychologue pour engager un travail de relecture communautaire".

Les membres ont souhaité "libérer la parole" et accompagner les "personnes ayant eu à souffrir de ces agissements", pour mieux comprendre les dysfonctionnements de la communauté à l'époque du père Michel Tierny.

Des milliers d'enfants sont passés par le foyer depuis sa création, en 1971. Il n'y aurait pas de victimes mineures à l'époque des faits, d'après les témoignages recueillis par le Foyer. Les victimes d'abus sexuels seraient des femmes adultes. 
 
Le diocèse d'Arras et le Foyer de Charité n'ont pas souhaité s'exprimer davantage à ce sujet. 
Les victimes d'abus sexuels au sein de l'Église peuvent témoigner ou se signaler auprès de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Église (Ciase), au 01 80 52 33 55, 7 jours sur 7 de 9 heures à 21 heures ou par mail : victimes@ciase.fr
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter