Inondations dans le Pas-de-Calais. "À situation exceptionnelle, moyens exceptionnels" : les annonces de Gabriel Attal après sa première sortie officielle au-devant des sinistrés

Le Premier ministre Gabriel Attal, en visite dans le Pas-de-Calais ce mardi 9 janvier 2024, a annoncé une série de mesures visant à faire face aux prochaines inondations, allant du curage des cours d'eau au déblocage d'une enveloppe d'au moins 50 millions d'euros.

"On est là à vos côtés et on continuera à l'être" s'est exprimé le récemment nommé Premier Ministre Gabriel Attal lors de sa visite express à Clairmarais, dans le Pas-de-Calais, ce mardi 9 janvier 2024. Suite à sa rencontre avec plusieurs élus et habitants des communes sinistrées par les inondations de janvier, le Premier Ministre a listé une série de mesures, plus ou moins concrètes, pour endiguer les problèmes de crue, avec comme mots d'ordre : solidarité et anticipation.

Le pompage au cœur des enjeux

Pour faire face aux crises climatiques toujours plus intenses et fréquentes, le Premier Ministre a annoncé l'installation d'une pompe supplémentaire à Cuinchy, qui devrait être pérennisée.

Comme demandé par plusieurs maires de la région, les pompes dépêchées d'urgence par la Sécurité civile aux alentours de Mardyck, resteront sur place "aussi longtemps que nécessaire" a indiqué Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Même si un véritable plan de résilience reste à prévoir "en termes de pompage, de révision des cartes d'inondation, pour assumer que dans certains secteurs il ne sera plus possible de construire".

durée de la vidéo : 00h03mn01s
Jean-Claude Leroy, président du département du Pas-de-Calais, souligne la prise de mesures concrètes par le gouvernement ©Arnaud Moreau / FTV

Jean-Claude Leroy, président du département du Pas-de-Calais, regrette qu'il faille aller chercher les méga pompes chez nos voisins européens. "Avec la région et le département, j'ai proposé que nous puissions, par bassin-versant, faire l'acquisition de pompes de grande puissance, parce que tout le monde a été très étonné qu'on soit obligé d'aller chercher des pompes en Slovaquie ou en Hollande, explique-t-il après la réunion qui s'est tenue au Conseil Départemental d'Arras en amont de la visite du Premier Ministre, l'État va donc aider à la fois la région et le département pour qu'il y ait sur chaque bassin-versant ce type de matériel.

Simplifier les procédures administratives

"Le premier souci ce n'est pas l'argent, c'est la gouvernance sur le terrain." Les structures décisionnaires, trop morcelées, empêchent la prise de décision en temps d'urgence selon Christophe Béchu, qui a accompagné Gabriel Attal lors de sa visite à Clairmarais. "L'argent est disponible mais il faut appuyer sur le bouton."

Le nouveau Premier Ministre espère donc faciliter cette prise de décision en simplifiant les procédures administratives pour le curage. S'il faut actuellement neuf mois pour décider de leur mise en œuvre, il n'en faudra désormais que deux. Une procédure d'urgence va également être créée pour permettre la réalisation de curages par simple information à la Direction Départementale des Territoires (DDT).

50 millions d'euros pour reconstruire

"Face à l'urgence, l'État sera présent" indique Gabriel Attal dans sa lettre de mission. Pour ce faire, le Premier Ministre annonce la suppression de la double franchise pour les ménages et les entreprises après les deux épisodes consécutifs d'inondations, une extension du fonds d'urgence pour les agriculteurs aux maraîchers, une enveloppe d'au minimum 50 millions d'euros pour la reconstruction des équipements publics, et la possibilité d'un financement à 100% pour les communes fragiles et le financement de leurs surcoûts dits "énergie".

durée de la vidéo : 00h02mn24s
Arnaud Decoster, maire de Saint-Omer, s'est exprimé à la sortie de la réunion au Conseil Départemental ©Hélène Tonneillier / FTV

François Decoster, maire de Saint-Omer, a fait le déplacement à Clairmarais pour accueillir le Premier Ministre, avec qui il a pu échanger. "Avec le Président du Conseil Régional, Xavier Bertrand, on s'était posé la question des franchises pour les artisans et les commerçants, le Premier Ministre a souhaité que leurs cabinets puissent travailler ensemble pour pouvoir répondre à ce sujet-là."

Si avec sa visite dans le Pas-de-Calais, le Premier Ministre a souhaité apporter des réponses concrètes aux sinistrés et élus locaux, la question des expropriations reste en suspens. Vincent Maquignon, maire de Blendecques l'a interpellé à ce sujet : "j'espère que vous allez entendre nos messages, on a des quartiers vraiment dangereux sur Blendecques, on veut exproprier", le Premier Ministre ne lui a cependant pas apporté de réponse concrète.

Pour la suite, le nouveau Premier Ministre souhaite rester en contact régulièrement avec les sinistrés et les élus pour constater l'application concrète des mesures. Il assurera donc un suivi hebdomadaire dans le département et devrait revenir sur place d'ici un mois.