Pas-de-Calais : les migrants bientôt vaccinés contre le Covid-19

La préfecture du Pas-de-Calais étudie un protocole pour permettre "aux populations précaires" d'accéder à la vaccination. Entre 1 500 et 2 000 migrants pourraient être concernés. Les associations, bien que favorables dans l'idée, pointe les difficultés d'une telle mise en place. 

Un camp de migrants à Calais.
Un camp de migrants à Calais. © SEBASTIEN COURDJI/MaxPPP

Depuis Arras, deux informations seulement filtrent. Un protocole est à l'étude pour permettre aux "populations précaires", sans-abris et migrants, d'accéder à la vaccination. Deuxième information, le dispositif devrait être mis en place "le mois prochain", soit en juillet. "Le dossier est en cours d'élaboration, nous ne pouvons pas donner plus de réponse, nous sommes encore au stade de la réflexion" explique-t'on à la préfecture. Nous n'aurons pas plus de détail sur l'organisation de ce protocole, ni le nombre de personnes visées. 

Selon les associations, entre 1 500 et 2 000 migrants seraient actuellement à Calais. Pour François Guennoc, président de l'association calaisienne L'Auberge des Migrants, cette opération "va dans le bon sens mais pourrait être difficile à mettre en place." Selon lui, les autorités vont faire face à deux obstacles. D'une part, "les éxilés sont très mobiles, il y a un turn-over permanent. Aussi, prévoir un calendrier avec l'injection de deux doses espacées me paraît être compliqué." Autre obstacle, le manque de confiance des migrants envers les autorités. "Ils sont très méfiants à l'égard des dispositifs gouvernementaux. Pour eux, c'est synonyme de violence, ce sont les mêmes autorités qui les déplacent, détruisent leur camp etc..." constate François Guennoc. 

Encourager la vaccination 

Au printemps 2014, une première expérience de soins à grande échelle avait été mise en place. Il s'agissait d'administrer un traitement de prévention contre la gale. "A l'époque, ça avait été un échec. Les éxilés ne s'étaient que peu déplacés" se souvient François Guennoc. Pour autant, son association encouragera les migrants à se faire vacciner "si le dispositif qui est mis en place est convaincant. Ils vont forcément nous demander notre avis, on leur dira d'y aller. Ensuite, chacun décidera personnellement." 

La région Hauts-de-France reste la meilleure élève pour la vaccination, près de 3 millions d'habitant de la région ont reçu une première injection selon les derniers chiffres de l'Agence Régionale de Santé. Au total, 1 586 092 habitants sont pleinement vaccinés dans la région. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants à calais société immigration