Emploi, investissement, production... Ce que l'on sait sur le projet de ferme d'élevage de saumons à Boulogne-sur-mer

La société Pure Salmon basée à Singapour a annoncé ce lundi sa volonté de créer une ferme d'élevage de saumons dans le Boulonnais.
A Cherbourg, dans un élevage de saumons (2012)
A Cherbourg, dans un élevage de saumons (2012) © CHARLY TRIBALLEAU / AFP
L'annonce a été faite ce lundi dans le cadre du sommet Choose France à Versailles. 175 million d'euros vont être investis dans le Boulonnais pour implanter une unité d'élevage et de transformation de saumons. C'est la société Pure Salmon, déjà implantée en Pologne, qui porte de ce projet. 


10 000 tonnes en circuit fermé


A Boulogne, la société promet de produire 10 000 tonnes de saumon en circuit fermé. Le poisson serait élevé dans des bassins fermés contenant de l'eau de mer reconstituée. Sur son site, la société affirme que cette technique "d'aquaculture terrestre" permet de de préserver l'écosystème marin et qu'elle ne nécessite ni antibiotiques, ni pesticides. Il faut compter trois ans avant que les oeufs arrivent à maturité.
les parcs d'élevage de saumon en circuit fermé
les parcs d'élevage de saumon en circuit fermé © pure salmon


160 emplois à la clé


Pure Salmon veut également créer sur place  une unité de transformation de saumons, avec découpage enpavés ou filets et fumaison. Au total, la société table sur 160 créations d'emplois. Une annonce dont s'est félicité sur sa page Facebook le maire de Boulogne-sur-Mer, Frédéric Cuvillier.
 

Le choix de Boulogne-sur-Mer, premier centre européen de transformation des produits de la mer, aurait été motivé par sa situation géographique au coeur de l'Europe, par la présence d'infrastructures routières et maritimes et de centre de formation performant.

Si l'objectif de commencer les travaux de construction du cette ferme d'élevage est fixé à la fin de l'année, à ce jour, le lieu précis de l'implantation du projet est encore flou.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agro-alimentaire agriculture économie pêche côte d'opale