VIDÉO. Boulogne-sur-Mer : les pêcheurs se disent inquiets lors de la visite d'Annick Girardin, ministre de la Mer

La ministre de la Mer, Annick Girardin, a effectué deux jours de visite dans le Pas-de-Calais pour y rencontrer les professionnels du secteur maritime. Ces derniers lui ont fait part de leurs inquiétudes à l'approche du Brexit.

La ministre a assuré les pêcheurs boulonnais de son soutien, notamment sur la question des quotas de pêche.
La ministre a assuré les pêcheurs boulonnais de son soutien, notamment sur la question des quotas de pêche. © LUDOVIC MARIN / AFP
Les pêcheurs du Boulonnais attendaient la ministre de la Mer, Annick Girardin, de pied ferme ce vendredi 31 juillet. Inquiets des conséquences du Brexit sur leur activité, la visite ministérielle a été l'occasion pour eux de faire part de leurs besoins pour un maintien serein de l'activité.  Aucun accord n'a pour l'instant été trouvé avec les autorités britanniques, alors que la sortie définitive du Royaume-Uni de l'Union européenne doit être effective dès la fin de l'année.

"À Boulogne, cela a une signification supplémentaire depuis que le Brexit est devenu une confirmation", déplore Frédéric Cuvillier, maire (PS) de la ville. Les conditions dans lesquelles cette séparation se déroulera sont donc extrêmement attendues par le secteur.

La pêche dans les eaux britanniques représente 75 % du chiffre d'affaires des professionnels boulonnais. L'interdiction de l'accès au territoire maritime britannique serait donc une catastrophe pour ces pêcheurs.
Boulogne-sur-Mer : les pêcheurs inquiets lors de la visite d'Annick Girardin, ministre de la Mer ©France 3 Nord Pas-de-Calais

Un déplacement pour "affirmer que la pêche est une priorité"

"C'est important de venir dialoguer avec l'ensemble de cette filière de la questions de la pêche, parce qu'il y a beaucoup d'angoisses. Mais il faut aussi venir affirmer que la pêche est une de mes priorités, que je serai la voix de la France. Nous défendrons les intérêts des pêcheurs", a insisté Annick Girardin.

Mais la ministre n'a pas caché les difficultés auxquelles elle fait face : "Les négociations ne sont pas faciles. Ce qui est important, c'est d'avoir une position ferme sur le sujet : de dire que s'il n'y a pas d'accord de pêche, il n'y a pas d'accord", a-t-elle expliqué à France Bleu Nord lors de son déplacement. Elle doit prochainement rencontrer Michel Barnier, négociateur de l'Union européenne en charge du Brexit. 

Une visite au CROSS Gris-Nez

La ministre s'est également rendue le 30 juillet auprès des sauveteurs du Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage, situé sur le cap Gris-Nez. Cette visite était l'occasion de saluer les secouristes, qui sont toute l'année sollicités pour la sécurité en mer.  Régulièrement, ils sont en mission pour secourir des migrants qui tentent de traverser la Manche afin de passer au Royaume-Uni. Ces derniers jours, plus d'une cinquantaine de personnes ont été sauvées
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie brexit
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter