• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDÉO. Boulogne-sur-Mer : la première plage sans plastique du littoral

La plage de Boulogne-sur-Mer est la première du littoral à adopter le tri, à s'engager pour le zéro plastique et le zéro mégots. / © Capture d'écran France 3
La plage de Boulogne-sur-Mer est la première du littoral à adopter le tri, à s'engager pour le zéro plastique et le zéro mégots. / © Capture d'écran France 3

La plage de Boulogne-sur-Mer est la première de la région à s'engager contre le plastique. La commune a signé la charte "plage sans plastique" que le ministère de l'Écologie vient de créer.

Par Manon Pélissier

Une plage sans aucun déchet plastique : c'est l'objectif visé par la ville de Boulogne-sur-Mer. Pour le mener à bien, la municipalité a mis en place plusieurs dispositifs : poubelles de tri, panneaux de sensibilisation, cendriers de poches distribués...

"Là, vous avez l'exemple du dispositif avec ces 2 poubelles : jaune pour la partie plastique, noir pour les ordures ménagères", explique avec application Ludovic Fayeulle, responsable des services techniques municipaux

Sur la plage, des poubelles de tri, parfois en forme de poissons, plus ludiques pour les enfants, mais aussi un gros travail de sensibilisation avec un peu partout, de nombreux panneaux.
 
Boulogne : la première plage du littoral qui s'engage contre le plastique
Reportage de Maxime Lictevout et de Pascal Mahieu

Des chiffres alarmants pour prendre conscience au grand public de la nécessité et de l'urgence de faire un peu plus attention à ses déchets. Les mégots sont aussi dans le viseur de la municipalité puisque ce sont des déchets qui mettent beaucoup de temps à se décomposer.
 

Plage sans mégots et sans plastique


Par exemple, pour les mégots, 137 000 sont jetés chaque seconde dans la nature, sachant qu'un seul mégot mettra 12 ans pour se dégrader. Idem pour les déchets plastiques : une bouteille met 500 ans pour se décomposer en milieu marin et un sac plastique, 450 ans. Des cendriers de poche sont ainsi distribués au pôle plage.
 

Même si forcément, il reste toujours un peu de plastique qui traîne... Touristes ou habitués de la plage apprécient la propreté générale et la démarche de la ville. "Je trouve que les gens devraient faire encore plus attention à cette histoire-là, aussi bien pour les gens qui viennent sur la plage que pour les fonds marins, c'est très important", explique une femme. 

"Il n'y a pas de déchets, la plage est très propre et pour notre première visite, c'est très agréable", avance un jeune homme avec son bébé dans les bras. "Il faut aller dans ce sens, que les gens fassent attention autant que la ville", estime une jeune femme.
 

Les comportements individuels vont permettre de faire bouger les choses. Ce glacier l'a bien compris : beaucoup de plastiques viennent d'emballages alimentaires et il cherche des alternatives pour apporter sa pierre à l'édifice. "On est très sensible à l'environnement, on est les premiers acteurs, c'est à nous aussi de trouver des solutions pour le consommateur, estime Christophe Famchon.

On a investi dans des petits pots en carton. Malheureusement, les petites cuillères sont encore en plastique. On attend de voir s'il y a possibilité d'avoir des petites cuillères en carton. Pour servir les crêpes, on a décidé de prendre des assiettes en papier, plus facilement biodégradables. Et pour les gobelets, ils sont compostables."


L'une des 14 signataires de la charte nationale plage sans plastique


Toutes ces actions ont permis à la ville de faire partie des 14 signataires de la charte des plages sans déchets plastiques, que la secrétaire d'État au ministère de l'Écologie, Brune Poirson, a créé le 5 août.
 

Les autres communes signataires proviennent du Gard, du Var, de l'Hérault, Haute-Corse, Vendée, Loire-Atlantique, Côtes d'Armor et Martinique. Dans la région, d'autres pourraient bientôt imiter Boulogne-sur-Mer, comme celle de Merlimont.

Le gouvernement s'est d'ailleurs fixé l'objectif zéro plastique rejeté en mer d'ici 2025, rappelle France Bleu. Un objectif ambitieux alors qu'en 2016, la France avait rejeté plus de 11.000 tonnes de plastique en Méditerranée, d'après l'organisme WWF.
 

Sur le même sujet

Il y a vingt ans, Robert Mugabe, ancien président du Zimbabwe, visitait Amiens

Les + Lus