VIDÉO. Le Dragon de Calais a un nouveau compagnon : l'Iguane (et vous allez pouvoir le piloter !)

Un nouveau saurien a rejoint depuis ce vendredi après-midi le Dragon de Calais sur le front de mer de la ville. Il s'agit de l'Iguane sentinelle, la dernière création de la compagnie nantaise, "La Machine".
L'Iguane sentinelle
L'Iguane sentinelle © C. Sala
Il lézarde au soleil scrutant le port et l'horizon. Voici le nouveau camarade du Dragon de Calais, l'Iguane sentinelle.

4 mètres de long,  1 métre 80 de haut. Il a été créé, tout comme son congénère,  en bois et métal dans les ateliers de la compagnie "La Machine" à Nantes.
Calais : après le Dragon, l'Iguane !
Mais à la différence de son son grand cousin, l'Iguane n'embarquera pas de passagers sur son dos, il ne déambule pas sur le front de mer. En revanche, les visiteurs pourront le mettre en mouvement !
Le Dragon de Calais et son nouveau camarade de jeu
Le Dragon de Calais et son nouveau camarade de jeu © M. Mas

Le machiniste, c'est vous !

"C'est une invitation aux habitants à venir manipuler cette machine" explique Frédette Lampre, la responsable de communication de la Machine.

"Il y aura un pupitre avec des manettes, chacun pourra animer la tête, la queue, les pattes. Et il va falloir le faire à plusieurs. En fait, on se rend compte que ce n'est pas si simple de coordonner un mouvement."
François Delarozière, le directeur de la compagnie "La Machine" manipule l'Iguane
François Delarozière, le directeur de la compagnie "La Machine" manipule l'Iguane © C. Sala
 
Le pupitre de commandes de l'Iguane
Le pupitre de commandes de l'Iguane © F. Bellouti
 

Un nouveau bestiaire mécanique

Cet iguane sera à terme installé sur le fort Risban à Calais, mais comme les travaux du fort ne sont pas achevés, il veille provisoirement sur la Cité du Dragon depuis son promontoire. D'autres machines fixes de ce type devront également le rejoindre.

"Mais ce que l'on attend le plus",  explique Jean-Philippe Javello, directeur de La Compagnie du Dragon qui exploite commercialement ces machines, "ce sont les varans de voyage qui se déplaceront un peu partout dans la ville de Calais. Mais cet Iguane va nous apporter une nouvelle clientèle. Nous arrivons à la fin de la saison touristique avec un été qui a plutôt bien fonctionné. Cette nouvelle machine va faire la joie des enfants qui pourront le manipuler, gratuitement."Cet été, 16 793 voyageurs ont embarqué sur le dos du Dragon de Calais soit un taux de remplissage de 97%, un joli résultat dans un contexte sanitaire compliqué. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
dragon de calais culture spectacle vivant tourisme économie