DAKAR 2023. "Je pense que j’ai toutes les chances de mon côté pour accéder à mon rêve" : le Nordiste Adrien Van Beveren croit en la victoire

Triple vainqueur de l'Enduropale du Touquet, arrivé à deux reprises 4ème au Dakar, le pilote originaire du Pas-de-Calais croit en ses chances cette année.

Selon toute vraisemblance, il devrait fêter ses 32 ans sur sa moto le mercredi 4 janvier prochain, au milieu du désert saoudien.

Adrien Van Beveren, pilote de Racquinghem (Pas-de-Calais), s’élance pour la septième année consécutive sur la plus prestigieuse course de motos du monde. Serein, confie le triple vainqueur de l’Enduropale, et plein d’ambitions.

Ce samedi 31 décembre, le départ de la 45e édition du Dakar est donné sur les bords de la Mer Rouge. Au programme de cette journée : un prologue de 11 kilomètres, qui déterminera les ordres de départ de la première étape, prévue dès le lendemain.

Une manière de rentrer dans la course avant d’avaler les 4 706 kilomètres de parcours au milieu du désert. L’arrivée est prévue le 15 janvier prochain à Dammam. Ce jour-là, le trentenaire espère décrocher sa toute première victoire sur le Dakar. Cependant, il l’assure, ce n’est pas "l’année ou jamais" pour y arriver. "Je n’y vais pas dans cette optique, je n’y vais pas pour prendre une revanche. Evidemment, je pense que j’ai toutes les chances de mon côté pour accéder à mon rêve, je bosse beaucoup pour ça".

7 participations, 4 abandons

Pour comprendre le lien si particulier qui unie Adrien Van Beveren à cette course mythique, il faut revenir 7 années en arrière, en janvier 2016. Pour sa toute première participation au Dakar, qui se déroule alors en Amérique du Sud, le Nordiste crée la surprise et termine sixième au classement général.

Invité sur le plateau de France 3 Nord Pas-de-Calais à son retour, le jeune pilote de 25 ans, sourire jusqu’aux oreilles, savoure. "Terminer 6e et 1er Français de ce Dakar, c’est génial. Mon premier objectif était d’arriver, j’ai fait bien mieux que ça". Van Beveren se met à rêver, et ne cache plus ses ambitions : gagner la plus grande course de motos du monde est devenu un objectif.

L’année suivant, le pilote chez Yamaha se hisse à la quatrième place. 2018 est l’année de tous les espoirs. En Amérique du Sud, Van Beveren se bat et fait les bons choix. Lors de l’ultime étape, il est premier au classement, la victoire à portée de mains. Mais à trois kilomètres de la ligne d’arrivée, le Nordiste est victime d’une terrible chute qui lui casse la clavicule, lui perce le poumon et lui casse trois côtes. Abandon.

Le début pour lui d’une série noire sur les pistes dangereuses du Dakar. En 2019 : casse moteur. L’édition 2020 quitte l’Amérique du Sud pour le désert saoudien. Victime d’une chute dans les premiers kilomètres de la troisième étape, le pilote de Racquinghem est de nouveau contraint d’abandonner pour cause de fracture à la clavicule. 2021 marque un nouvel abandon pour le pilote, à 100 km de la ligne d'arrivée.

En 2022, après une semaine de course, il s’empare de la tête du classement général. Deux étapes le séparent de la victoire, mais fort de son expérience, le Nordiste le sait : jusqu’au dernier kilomètre, tout peut arriver. Le lendemain, il s’égare dans les dunes dès le 4ème kilomètre. Une erreur de navigation qui lui fait perdre 10 minutes, la victoire et même une place sur le podium. Adrien van Beveren termine finalement à la 4ème place du classement, égalant son précédent record sur cette course mythique.

Nouvelle écurie

Une année plus tard, beaucoup de choses ont changé. Depuis le printemps 2022, le pilote du Pas-de-Calais voit désormais la vie en rouge. Après 14 ans chez les Bleus de Yamaha, Adrien Van Beveren a changé d’écurie. Toujours japonaise certes, mais estampillée du logo Honda, l’une des meilleures équipes du monde.

"Avec Yamaha, on a eu beaucoup de belles histoires, une très belle histoire globalement, et aujourd’hui c’est un nouveau challenge, explique-t-il. Rejoindre une équipe comme Honda, c’est une vraie chance dans une carrière de pilote. C’est le top, le must de pouvoir rouler sur une machine comme ça".

Rejoindre une équipe comme Honda, c’est une vraie chance dans une carrière de pilote. C’est le top, le must de pouvoir rouler sur une machine comme ça.

Adrien Van Beveren

Cette moto justement, fabriquée spécialement pour les rallyes raid comme le Dakar, est imaginée "à partir d’une feuille blanche" au Japon. Après réception, il a pu l’appréhender lors de tests au Portugal et aux États-Unis. "Le châssis, les suspensions, toute la partie cycle, le moteur également sont conçus et réalisés avec toutes les contraintes que peut avoir un Dakar". Il poursuit. "J’ai la sensation que je la domine, qu’elle me pardonne beaucoup de choses, qu’elle me permet de prendre les obstacles à une vitesse importante. Elle a les réactions que j’attends : quand je freine fort et que je cabre la moto, j’ai une réaction très seine".

Des sensations qu’il a pu tester lors du Rallye d’Andalousie, en octobre dernier. Résultat : Adrien Van Beveren et son mythique dossard 42 l’ont emporté. Avec ce changement d’écurie et ce  succès six semaines avant le Dakar, le Nordiste est optimiste. "Je pense que c’est une façon de mettre toutes les chances de mon côté pour accéder à ce rêve". Un rêve qui débute aujourd’hui en Arabie Saoudite, à 5000 kilomètres de son petit village du Pas-de-Calais.

Pour suivre la 45e édition du Dakar, rendez-vous sur France 4 tous les soirs, à partir de 19h15.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité