Gigafactory : une manifestation pour dire "Non à la fermeture de Stellantis" en marge de l'inauguration de l'usine de batteries

En marge de l’inauguration de la Gigafactory ACC à Billy-Berclau ce mardi, une manifestation a été organisée par la CGT de Stellantis à quelques kilomètres de là, dans le centre de Douvrin, pour dire "Non à la fermeture" de l'usine de fabrication de moteurs thermiques. Selon le syndicat, au moins 800 emplois sont menacés.

Alors que la Gigafactoy d'ACC a été inaugurée en grande pompe par trois ministres français ce mardi matin, le site voisin de Stellantis, anciennement Française de mécanique, risque lui de fermer d'ici deux ans. C'est en tout cas ce que craint la CGT, qui a donc organisé une manifestation en marge de l'événement. 

Plus de 1200 personnes travaillent encore sur le site de Stellantis. Un accord a été signé, mais il prévoit de reclasser 400 personnes au sein de la Gigafactory. Il va donc y avoir 800 personnes sur le carreau.

Fabrice Jamart, secrétaire général de la CGT Stellantis Douvrin

France Télévisions

Le cortège a rassemblé une bonne centaine de personnes, et le message de la banderole en tête du défilé est clair : "Non à la fermeture. Exigeons le maintien de nos emplois à PSA Douvrin". "On n’est pas contre l'inauguration de la Gigafactory", explique Fabrice Jamart, secrétaire général de la CGT PSA Douvrin, "mais le problème c’est que notre usine qui est juste à côté, elle est en train de fermer. Plus de 1200 personnes travaillent encore sur le site. Un accord a été signé, mais il prévoit de reclasser 400 personnes au sein de la Gigafactory. Il va donc y avoir 800 personnes sur le carreau."

De son côté, le gouvernement promet la création de milliers d'emplois grâce au virage de l'industrie automobile vers l'électrification. Un argument jugé irrecevable par Fabrice Jamart : "On nous parle d’écologie mais les moteurs qu’on fabrique ici vont continuer à être produits dans d’autres usines en France et en Europe. Selon la loi européenne, on peut continuer à fabriquer des moteurs thermiques jusqu’en 2035, et comme la moyenne d’âge des ouvriers de Stellantis est de plus de 50 ans, ça pourrait permettre à de nombreux ouvriers de garder leur emploi jusqu’à la retraite." 

"Se défendre tous ensemble"

Dans la manifestation, les ouvriers de PSA Douvrin sont accompagnés de syndicalistes d'autres usines du secteur automobile de la région, comme PSA Valenciennes ou Toyota Onnaing. "On est tous concernés par les attaques contre l’industrie automobile, il faut qu’on se défende tous ensemble, collectivement", affirme Geoffrey Laloux, délégué du personnel CGT à PSA Douvrin.

Lui travaille dans cette usine depuis 23 ans, il est déterminé à ne pas se laisser faire : "Quel que soit le projet de la Gigafactory, nous on est chez la Française de mécanique depuis 10, 20, 30 ou 40 ans ! On ne doit pas pâtir des stratégies industrielles des grands patrons et des actionnaires de PSA. On demande à garder un emploi et un avenir correct."

Une manifestation plus courte que prévue

Des représentants d'autres secteurs professionnels comme des agents de la fonction publique ou des enseignants membres de la CGT, ainsi que des militants de La France insoumise et du Parti communiste, sont également venus pour grossir les rangs du cortège.

Une manifestation plus courte que prévue : les organisateurs voulaient se rendre jusqu'au site de la Gigafactory, mais la préfecture leur a demandé de s'arrêter au pont de la RN 47, soit à 2 kilomètres d'ACC : "On nous a expliqué que, bien sûr, c’était pour notre propre sécurité » a ironisé la CGT.