"Je joue depuis 15 ans et j'ai toujours envie de jouer" : rencontre avec ZywOo, meilleur joueur de CS:GO du monde

Il est né à Lens, et il est l'un des meilleurs joueurs de Counter-Strike au monde. Mathieu Herbaut, dit ZywOo, 22 ans, s'envole pour Abu Dhabi ce 14 décembre pour la finale du BLAST Premier World Final 2022. Travailleur acharné, et surtout vrai passionné, ZywOo semble avoir à peine remarqué son statut d'icône.

Certains habitants de Lens l'ignorent peut-être, mais l'un des leurs les fait briller devant des stades entiers à travers le monde. Ce Lensois, c'est Mathieu Herbaut. Il est joueur professionnel sur le jeu vidéo Counter-Strike : Global Offensive (CS:GO) pour l'équipe Vitality. Il est même l'un des meilleurs joueurs du monde, sur l'une des franchises les mieux représentées dans le monde de l'Esport. 

"Notre style de jeu est très proactif, assez agressif, on n'aime pas attendre que ça se passe, on va au contact. On essaie en ce moment de perfectionner ce style, d'identifier nos points faibles, nos points forts et d'apporter des solutions" raconte le joueur.

ZywOo, un recordman qui déplace les foules

En novembre, les IEM Rio Major 2022, le dernier tournoi majeur de l'année a battu des records d'audiences. A Rio de Janeiro, quelques 18 000 personnes ont fait le déplacement pour voir les équipes jouer. Et sur internet, le match entre Vitality et Navi a été visionné en direct par plus de 1 050 000 spectateurs. Dans ce monde, ZywOo est une légende.

"Je ne suis pas quelqu'un qui vit beaucoup sur les réseaux sociaux, Twitter ou Instagram, je suis rarement dessus. Je pense que je ne vois pas réellement l'ampleur que ça prend autour de moi, sourit Mathieu Herbaut, qui, en octobre, a battu le record du monde du nombre de "kill" en une seule partie.

"Moi, je suis souvent dans ma bulle à penser à ce que je fais. Quand je vois les gens qui viennent me parler, qui veulent prendre des photos avec moi, ça me fait ultra plaisir. En même temps, ça me fait un peu bizarre parce que je suis quelqu'un d'un peu réservé. Mais c'est toujours positif, ce sont des fans, des gens qui aiment ce qu'on fait" apprécie le jeune homme.

Lui et son équipe n'ont pas vraiment eu le temps de se reposer. Même si l'équipe a fait une très belle année, le Major de Rio a été rude et, le 14 décembre, c'est le début du dernier tournoi de l'année, le BLAST  Premier World Final 2022, à Abu Dhabi. Les huit meilleures équipes se partageront une enveloppe d'un million d'euros.

"Notre état d'esprit, c'est qu'on veut gagner le tournoi ! On va jouer notre jeu, faire ce que Vitality sait faire, comme nous on aime. Mais chaque fois qu'il y a un tournoi, on veut aller le plus loin possible et c'est ce qu'on va faire."

Mathieu Herbaut dit ZywOo

Le jeu vidéo, une affaire de famille

Pour ZywOo, il n'y a pas de petit tournoi, et certainement pas de petite victoire. "Quand on gagne, c'est une liberté soudaine qui fait vraiment du bien. Tout se relâche, la pression, les muscles... C'est juste un bonheur fou. Et puis le cerveau passe en veille. Après avoir joué sept heures d'affilée, on veut juste manger et aller au lit" rit-il.

Ce qui motive Mathieu Herbaut, c'est la compétition et surtout, la passion du jeu. "Je joue depuis 15 ans et j'ai toujours envie de jouer à ce jeu. Le jeu est devenu mon hobby parce que c'est quelque chose que je faisais avec ma famille, mes amis, comme faire un foot avec ses copains. Au fur et à mesure, j'ai appris à mieux jouer et je suis arrivé à mon niveau d'aujourd'hui."

Son histoire d'amour avec le jeu vidéo et son jeu fétiche, elle a commencé très tôt. Il a découvert CS:GO à l'âge de 7 ans, en même temps que son frère et son cousin. "C'est même ma maman qui m'a appris tout ça, elle m'a mis une manette dans les mains quand j'avais deux ans ! On jouait beaucoup ensemble, quand j'avais des soucis par exemple. Quand j'étais petit, que je jouais à des jeux d'énigme et que je n'y arrivais pas, c'est ma maman qui venait m'aider. Elle a essayé CounterStrike pour voir à quel jeu je jouais, comprendre la progression, voir ce que je faisais tous les jours. Elle jouait et elle joue toujours à World of Warcraft. C'est une belle famille de geeks (rires) et c'est comme ça que tout a commencé. "

C'est comme ça que Nathalie Fontaine, la maman la plus gameuse de France, a coaché sans le savoir une légende du gaming, qui après quatre ans avec Vitality n'est toujours pas prêt de lâcher le clavier. "C'est vraiment quelque chose que je recherche tout le temps, le plaisir de jouer. Sans ça, je pense qu'on n'apprécie ni son métier, ni ses journées. Il faut aimer ce qu'on fait !"

"C'est avec nos milliers d'heures de jeu qu'on a forgé nos réflexes"

Pourtant, les rigueurs du jeu vidéo professionnel auraient pu en essouffler plus d'un. Les joueurs de Vitality s'entraînent cinq jours sur sept, parfois plus. "Une journée typique commence vers 10h ou 11h, avec une partie un peu plus théorique. En général, les équipes pro ne s'entraînent que l'après-midi, donc de 13h à 18h, on s'entraîne contre d'autres équipes."

Des secrets, l'homme au pistolet d'or n'en revendique aucun. Pour être bon, "il faut un peu de technique, et surtout de la connaissance du jeu. On ne peut pas passer dix heures dessus et arriver en pensant qu'on va battre tout le monde, interpelle-t-il. Il faut connaître les tactiques, les différents styles de jeu. Même les réflexes, au final, c'est de la pratique et de la connaissance du jeu. C'est avec nos milliers d'heures de jeu qu'on a forgé nos réflexes. C'est en persévérant qu'on y arrive."

Le vrai challenge, pour lui, c'est le jeu en équipe. "Seul chez soi, on ne pense qu'à soi-même mais quand on joue en équipe, il faut avoir un état d'esprit complètement différent qui peut être dur à atteindre. Il faut savoir communiquer, et maîtriser mille autres détails." Si Mathieu Herbaut est modeste, ses coéquipiers, eux, parlent d'un "talent proche du don" ou d'un "virtuose".

Paris 2023, un sacre à domicile ?

Son équipe, pourtant, n'a pas encore gagné de tournoi majeur. Gagner le grand titre avec ses coéquipiers de Vitality, c'est désormais l'objectif pour Mathieu Herbaut. En 2023, la France organisera son premier Major en mai 2023 à Bercy. L'occasion, peut-être, d'un sacre à domicile pour Mathieu Herbaut.

Le joueur prodige se dit d'ailleurs encore très attaché à sa terre natale. Il retourne aussi régulièrement à Billy-Montigny, où vit sa famille. "J'ai même emmené ma copine voir le mémorial national du Canada, elle n'avait jamais vu. Je garde toujours au fond de moi mon côté nordiste, ch'ti et j'aime toujours le Nord. Quand quelqu'un vient me parler et que je reconnais l'accent de mon coin, ça me fait toujours plaisir !" assure-t-il tout sourires.

"J'espère que je pourrais inspirer des jeunes, je ne sais pas s'ils feront le même chemin que moi parce qu'il y en a de meilleurs ! Mais qu'ils fassent le leur et j'espère qu'on trouvera en France de bons joueurs qui vont suivre notre voie."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité