Rédoine Faïd : la demande d'allègement des conditions de détention rejetée par le tribunal administratif de Lille

Incarcéré à Vendin-le-Vieil jusqu'en 2060, Rédoine Faïd a demandé au tribunal administratif de Lille un accès assoupli au parloir de la prison. Sa requête a été rejetée.

Depuis la fin du mois de novembre, Rédoine Faïd est incarcéré à Vendin-le-Vieil dans le Pas-de-Calais. Devant le tribunal administratif de Lille, jeudi 28 décembre, il a fait une demande d'allègement de ses conditions d'accès au parloir, avec la suppression des dispositifs de séparation hygiaphone (une séparation qui se matérialise par une surface transparente). Vendredi 29 décembre, la requête a été rejetée. D'après l'avocat de Rédoine Faïd Maître Benoit David, le tribunal administratif a estimé "qu'il n'y avait pas d'urgence".

Des mesures strictes de détention

Depuis 2018, il fait l'objet de mesures de sécurités assez strictes en prison dont : l'inscription au répertoire des détenus particulièrement signalés, l'affectation à différents établissements pénitentiaires et différentes cellules de manière régulière, mais aussi des réveils réguliers la nuit pour contrôler sa cellule. Ses visites au parloir sont également étroitement surveillées, il y est menotté, fouillé et séparé de ses proches par un hygiaphone.

Lui qui purgeait déjà plusieurs condamnations pour braquage et évasions devait sortir de prison en 2046. Mais depuis son évasion de la prison de Réau en hélicoptère en 2018, il a été condamné à 14 années supplémentaires. Sa sortie est prévue pour 2060.