1000 euros de prime et 5 % d'augmentation de salaire : un PDG de l'Audomarois joue les Père Noël avant l'heure

C'est un patron comme beaucoup de salariés aimeraient avoir. André Pecqueur, le PDG de la brasserie de Saint-Omer et de l'entreprise de transports TSA a versé 1000 euros de prime à chacun de ses 700 salariés et 5% d'augmentation de salaire.

Pascale est aux anges :"C'est un beau cadeau avant Noël. Je vais pouvoir faire des cadeaux un peu plus beaux pour toute la famille !" Cette responsable du service tourisme industriel à la brasserie Goudale à Arques a reçu une prime de 1000 euros net le 29 novembre dernier, comme chacun des 700 salariés de l'entreprise. 

Le généreux Père Noël se nomme André Pecqueur. À 80 ans, l'infatigable PDG des brasseries Goudale, Saint-Omer et des transports de Saint-Arnould (TSA) a décidé de reconduire, pour la troisième année consécutive, l'ancienne "prime Macron" attribuée pendant la période de Covid. Et il souhaitait que cette prime soit versée avant le mois de décembre pour que les salariés en profitent pleinement pendant les fêtes de fin d'année.

"Si vous aviez vu ces poignées de mains, ces textos. Encore hier, je faisais le plein de ma voiture, quatre chauffeurs étaient là, ils sont venus m'embrasser. C'est du bonheur !", s'enthousiasme André Pecqueur.

L'idée de verser à nouveau une prime cette année, lui est venue en regardant une émission télé avec son épouse dans laquelle des personnes expliquaient leurs difficultés à boucler les fins de mois. "On s'est dit : on ne donnerait pas encore ? L'avantage des petites sociétés familiales, c'est qu'on peut décider en un quart de seconde !"

Cette année, malgré la hausse du prix de l'énergie, des matières premières, l'entreprise a augmenté de 28 % son chiffre d'affaires. Des bons résultats que le PDG partage volontiers avec ses salariés. 

"Ici, il n'y a pas d'actionnaires à rétribuer, tout l'argent que nous gagnons reste dans l'entreprise. On gagne ensemble."

André Pecqueur, PDG des brasseries Goudale, Saint-Omer

"Ces 1000 euros, c'est tout le personnel qui l'a gagné, s'il ne s'était pas investi dans le travail, nous n'aurions pas eu ces bons résultats.". Et, cerise sur le gâteau, en plus de cette prime de partage de la valeur, les salariés se sont vus octroyer une augmentation de salaire de 5%, liée à l'inflation et un treizième mois. D'ici quelques semaines, une prime d'intéressement leur sera également versée.

"J'aime les gens, je sais d'où je viens", affirme André Pecqueur. "Les salariés restent dans l'entreprise car ils s'y sentent bien."

Une méthode d'encouragement et de fidélisation des équipes qui n'est pas unique en son genre. À Bénifontaine, dans le Pas-de-Calais, la brasserie Castelain qui emploie cinquante personnes a, elle aussi, versé 1500 euros de prime de partage de la valeur à chacun de ses salariés en septembre.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité