Acquittement du gendarme du GIGN qui a tué Henri Lenfant, "une victoire mais une victoire amère" réagit son avocat

Jeudi 22 février, la cour criminelle de Saint-Omer a acquitté Alexandre B., l'agent du GIGN qui a tué Henri Lenfant d'une balle derrière la tête en septembre 2018. Son avocat, Me Stéphane Busy, parle d'un client "soulagé" par cette décision de justice.

C'est dans une atmosphère tendue que la cour criminelle de Saint-Omer a rendu son jugement. Alexandre B., agent du GIGN qui a tué Henri Lenfant d'une balle a l'arrière du crâne en 2018, a été acquitté.

À l'annonce du verdict, plusieurs personnes de la famille de la victime se sont levées en hurlant à l'injustice dans la salle d'audience, alors que quelques heures avant l'avocat général avait réclamé de la prison ferme pour le gendarme.

Un client "soulagé"...

Malgré les tensions, Me Stéphane Busy, avocat d'Alexandre B. explique que son client est "soulagé" après le verdict de la cour. "Depuis le mois de septembre 2018, il se pose un certain nombre de questions (...). À l'issue de ce verdict d'acquittement, mon client est extrêmement soulagé et sait qu'il a agi conformément à ce qu'il devait faire, comme la loi le prévoit."

>>> Lire aussi : Le gendarme jugé pour avoir tué Henri Lenfant acquitté devant la cour criminelle de Saint-Omer

Ce n'est finalement pas la légitime défense qui justifie l'acquittement d'Alexandre B., mais bien le fait qu'il ait "effectué ce tir mortel dans des conditions où le recours à l'arme à feu était justifié" ajoute Me Busy.

... mais "Conscient qu'un homme est mort"

"C'est une victoire, peut être, mais c'est une victoire amère, tempère Me Stéphane Busy, il [Alexandre B.] a parfaitement conscience qu'un homme est mort, au quotidien c'est quelque chose à laquelle il pense et qui est extrêmement difficile à vivre quand on voue sa vie au service des autres."

Les tensions lors du verdict ne surprennent pas l'avocat d'Alexandre B. "On a eu une réaction à laquelle on s'attendait face à une décision d'acquittement c'est normal, c'est humain. On comprend la douleur de la famille d'Henri Lenfant."

Désormais, dans cette affaire, seul le parquet général a la possibilité de faire appel dans un délai de dix jours.