Enduropale du Touquet 2024. "Je me sens plus libre qu'en marchant", l'incroyable défi du pilote paraplégique Axel Allétru

Exemple de volonté et de cran, le pilote dépasse chaque jour les barrières que la vie lui a imposées... Paraplégique depuis un accident de moto en 2010, il a perdu 80% de la masse musculaire de ses jambes. Il peut aujourd'hui, après un travail acharné de rééducation, marcher avec des béquilles. Ce qui ne l'empêche pas d'ailleurs d'avoir gagné le Dakar en SSV (buggy) en 2020 et de participer à l'Enduropale, en 2024.

"En une fraction de seconde, je passe de pilote professionnel à personne handicapée qui perd l'usage de ses jambes", se souvient Axel Allétru à propos du 27 juin 2010, le jour de l'accident. "À la base le diagnostic était très pessimiste : les médecins ont dit que je ne remarcherai probablement jamais. Ma colonne vertébrale était très endommagée. Mais malgré ce diagnostic j'ai décidé de ne pas me résigner et de partir au combat pendant presque deux ans, pour essayer de récupérer le maximum d'autonomie", explique-t-il à Virginie Demange dans l'émission Vous êtes formidables de France 3 Hauts-de-France. 

Les médecins ont dit que je ne remarcherai probablement jamais. Ma colonne vertébrale était très endommagée. Mais malgré ce diagnostic j'ai décidé de ne pas me résigner et de partir au combat.

Axel Allétru, pilote

"Retrouver une vie la plus valide possible"

Depuis son accident en championnat du monde MX2, en Lettonie en 2010, Axel Allétru lâche rarement ses béquilles. Mais aujourd’hui, c’est spécial : le pilote de cross remonte sur une moto. "Entendre un bruit de moteur et être dessus, c'est quand même sympa. Allez c'est parti !", sourit sous son casque le pilote originaire de Lesquin.

Le but, c'est de retrouver une vie la plus valide possible, et de démontrer qu'on peut accepter handicap et performance dans toutes sortes de situations.

Axel Allétru, pilote

L'émotion d’un nouveau départ. "Le but, c'est de retrouver une vie la plus valide possible, et de démontrer qu'on peut accepter handicap et performance dans toutes sortes de situations. Et pour moi, être avec les valides comme j'ai pu le faire au Dakar en 2020, c'est hypergratifiant. C'est démontrer que rien n'est impossible", explique le champion.

"Boucler la boucle"

Cette participation à l'Enduropale est une première pour l'ancien champion de BMX et l'ancien pilote professionnel. En effet, s'il a toujours rêvé de participer à l'Enduropale, "l'événement phare de ma région en moto", il n'y avait pas les compétitions jeunes à l'époque et puis après il y a eu son accident. 

Sa machine est adaptée à son handicap. Et préparée par l’ancien mécanicien de Stéphane Peterhansel, le champion du Dakar. "C'était essentiel d'avoir le passage de vitesses au guidon avec un système électrique qui actionne, via la main, le sélecteur de vitesse", explique John Maillon, responsable Atelier Yamaha.

Il me reste davantage de muscles qui me permettent de rouler à moto, les adducteurs pour serrer les jambes et les quadriceps pour me mettre debout et je me sens beaucoup plus libre qu'en marchant.

Axel Allétru, pilote

Il faudra encore quelques réglages pour mettre Axel dans les meilleures conditions de pilotage et de sécurité mais, pour lui qui a perdu 80% de sa masse musculaire des jambes, il est plus facile de rouler que de marcher : "il me reste davantage de muscles qui me permettent de rouler à moto, les adducteurs pour serrer les jambes et les quadriceps pour me mettre debout et je me sens beaucoup plus libre qu'en marchant". 

durée de la vidéo : 00h02mn21s
Axel Allétru sur une moto pour l'Enduropale 2024 ©France Télévisions. C. Rousseaux et E. Quinart
[Le système de freinage et passage de vitesses à la main avec une double manette]

En cas de chute, comment relever sa moto ? 

Pour lui rien n’est simple, comme enfiler une botte où il faut mettre des attelles à 80 degrés dans une botte rigide ou bien relever les 105 kilos de sa moto à la seule force des bras, un exercice imposé par la fédération française pour valider sa licence de pilote. "Je n'ai aucune sensation dans les jambes. J'ai le quadriceps et le fléchisseur de hanche, du coup, oui, c'est compliqué", pour relever la machine, témoigne le pilote mais en se positionnant sur les genoux, il y arrive.

Axel a mis du temps pour trouver la technique, mais le test est validé ! Licence obtenue.

Clin d’œil à cette journée riche en émotions, l’arrivée d’un ami d’enfance. Adrien Van Beveren, trois fois vainqueur de l'Enduropale qui ne manquera pas de rouler avec Axel et de saluer son courage et sa performance (voir vidéo ci-dessus).

Holeshot en vue ! 

Son objectif sera à la fois simple (à dire) et hyperdifficile (à faire) : réaliser le holeshot et sortir de piste peu après, car, il le sait malheureusement déjà, impossible pour lui de tenir les 3 heures de course. "Je ne suis pas quelqu'un de dépressif qui a envie de faire n'importe quoi. Je suis quelqu'un de réfléchi qui ne va pas prendre de risques inconsidérés. Si je vois que je suis en danger, je lâcherai les gaz et me mettrai sur le côté. Le but c'est de faire un beau projet et que tout se termine bien". 

#jepeux2024

Créé en 2020 à l'occasion de sa participation (et victoire en buggy) au Dakar de la même année, le #jepeux est relancé en 2024 par Axel Allétru. C'est l'occasion pour lui de diffuser un message d'optimisme et d'encouragement :

"Démontrer que derrière l'impossible se cache en général un possible".