À Poulainville dans la Somme, 3 ministres attendus sur le chantier d’Ynsect, la plus grande ferme verticale au monde

Ce jeudi, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, accompagnée de deux autres ministres, vient visiter le chantier du site YnFarm, à Poulainville, dans la Somme. Retour sur l’histoire de cette usine, considérée comme la plus grande ferme verticale au monde.

Novembre 2020 : deux ans avant la mise en service de l'usine Ynfarm à Poulainville, la société Ynsect planifie le recrutement.
Novembre 2020 : deux ans avant la mise en service de l'usine Ynfarm à Poulainville, la société Ynsect planifie le recrutement. © FTV

Ce jeudi, trois ministres sont attendus pour participer à l’inauguration et à la visite du chantier de l'usine Ynfarme d'Ynsect, à Poulainville, près d'Amiens. Barbara Pompili, Ministre de la Transition écologique, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des communications électroniques. 

Tout a commencé le 20 septembre 2018. La société Ynsect, spécialisée dans la production de protéines naturelles d’insectes destinées à l’aquaculture, à l’alimentation des animaux et aux plantes, annonce l’implantation d’une usine à Poulainville, dans la Somme. Elle compte y élever des vers de farine, dits vers Molitor et promet de créer à terme, une centaine d’emplois.

Créée en 2011, l’entreprise dont le siège social se situe à Evry, en région parisienne, a été fondée par Antoine Hubert, ingénieur agronome de formation, et trois associés. Spécialisée dans les innovations agricoles, cette start-up a très rapidement pris son envol en développant un démonstrateur industriel à Dôle, dans le Jura, et en levant plusieurs dizaines de millions d’euros.

Elle bénéficie du soutien de la région, du département et d’Amiens Métropole. "Je me réjouis qu’Ynsect ait choisi Amiens pour y implanter le projet Ynfarm, qui associe les principes vertueux du développement durable, apporte de l’innovation dans la chaîne alimentaire et qui sera créateur d’emplois nouveaux. Bienvenue à toute l’équipe d’Antoine Hubert que nous sommes fiers d’accompagner aux côtés de nos partenaires" déclarait alors Alain Gest, président d’Amiens Métropole.

En septembre 2019, le gouvernement dévoile la 1ère sélection annuelle des 40 jeunes entreprises appelées à devenir des "leaders technologiques mondiaux", l’indice Next40. Ynsect en fait partie.

2020, l’année de l’accélération

Les travaux préparatoires du chantier de construction démarrent en janvier, deux mois après le début de l’enquête d’utilité publique. 

En mai de cette même année, un collectif mené par une famille d’agriculteurs entame une procédure juridique contre le plan local d’urbanisme (PLU), le permis de construire et l’autorisation administrative délivrée par l’autorité préfectorale. Ils n’acceptent pas l’implantation de la future usine et dénoncent une inutile artificialisation des sols.

Une famille d'agriculteurs s'oppose à l'implantation de l'usine d'Ynsect sur les terres agricoles, à Poulainville.
Une famille d'agriculteurs s'oppose à l'implantation de l'usine d'Ynsect sur les terres agricoles, à Poulainville. © FTV

Malgré cette démarche, le chantier de l’usine Ynfarm démarre à l’automne.

Parallèlement, Ynsect obtient l’autorisation de mise sur le marché de son engrais naturel à base de déjections de scarabées délivrée par l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES). C’est une première mondiale.

Amiens Métropole y croit. Elle accorde 770 000 euros de subventions à la société en octobre 2020.

Dans la foulée, Ynsect annonce une levée de fonds pour près de 316 millions d’euros. Cela représente la plus importante levée de fonds jamais réalisée par une entreprise de l’agri technologie, hors Etats-Unis. Un niveau record qui doit lui permettre de distancer ses concurrents.

Janvier 2021, la société reçoit un avis favorable sur l’utilisation du ver de farine à destination de l’alimentation humaine par l’agence européenne de l’alimentation (EFSA).

Janvier 2021, l'EFSA donne un avis favorable sur l'utilisation du ver de farine à destination de l'alimentation humaine.
Janvier 2021, l'EFSA donne un avis favorable sur l'utilisation du ver de farine à destination de l'alimentation humaine. © FTV

Fort de ce succès, en mars, Antoine Hubert, annonçait la mise en place d’un actionnariat salarié.

À Poulainville, le chantier progresse même s’il a pris un peu de retard avec les intempéries. Le début de la production est toujours prévu pour 2022 avec un objectif de 100 000 tonnes par an à plein régime. Elle fonctionnera avec deux tiers des équipes dans un premier temps, soit 90 personnes.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie innovation agro-alimentaire agriculture