Amiens SC : la possibilité d'une Ligue 1 à 22 ?

Suite à la décision du Conseil d'État de suspendre la relégation d'Amiens et de Toulouse, la Ligue de Football Professionnel (LFP) doit acter ce vendredi 19 juin le format de la Ligue 1 pour la saison 2020-2021. 

Les dirigeants du club et les élus se tournent désormais vers la justice pour annuler la relégation de l'Amiens SC en Ligue 2
Les dirigeants du club et les élus se tournent désormais vers la justice pour annuler la relégation de l'Amiens SC en Ligue 2 © FTV

Ligue 1 à 22 ou pas ? C'est la principale question que devra trancher le bureau et le conseil d'administration de la LFP ce vendredi 19 juin. Cette journée devrait acter la fin du feuilleton de ces derniers mois : l'Amiens SC jouera-t-il en Ligue 1 lors de la saison 2020-2021 ou pas ? 

Le 30 avril dernier, lors de son Conseil d'Administration la Ligue de Footaball Professionelle (LFP) décide de mettre un terme à la saison 2019-2020 de Ligue 1, face à l'épidémie de Covid-19. Amiens et Toulouse (respectivement 19e et 20e), étaient donc relégués en Ligue 2, alors qu'il restait 10 matches à jouer avant la fin de la saison. 

Mais le 9 juin, le Conseil d'État, saisi par les deux clubs, vient tout chambouler et suspend la relégation d'Amiens et du Toulouse FC. La LFP et la Fédération Française de Football (FFF), doivent se mettre d'accord sur une nouvelle convention, qui devrait acter le sort des deux équipes (non-)reléguées. 

L'une des solutions envisagée et prônée par les deux clubs, est l'élargissement de la Ligue 1 2020-2021 à 22 équipes. Amiens et Toulouse seraient maintenus alors que Lens et Lorient verraient leurs efforts en Ligue 2 récompensés par une promotion dans l'élite du football français. Personne ne serait lésé, tout le monde serait content. 

Oui, mais, cette solution ne plaît ni à la FFF, ni à la LFP. Les deux instances qui régissent le football français n'envisagent pas de surcharger le calendrier par l'extension à 22 clubs. Les clubs de Ligue 1 aussi sont réticents à une telle mesure. Ils préfèrent se partager les droits TV de la saison à 20 plutôt qu'à 22. 

Retour au point de départ donc. Ce vendredi matin, le bureau de la LFP, suivi de son Conseil d'administration doivent rééxaminer le format de la prochaine saison de Ligue 1, qui doit être acté par l'assemblée générale de la Ligue. Viennent ensuite le Comité exécutif de la FFF et l'assemblée fédérale du 26 juin, au cours de laquelle la nouvelle convention sera enterrinée. On devrait en savoir plus à partir de 14h.

Un long combat judiciaire

Au lendemain de la décision de mettre fin au championnat et de reléguer les deux derniers en Ligue 2, le président du club Picard Bernard Joannin, s'exprime dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux : "mon premier sentiment c'est l'injustice, écrit-il. L'Amiens SC n'a pas pu défendre jusqu'au bout son maintien en Ligue 1. Nous avions déjà joué en retour les équipes les plus fortes : le PSG, Marseille, Lyon. Nos concurrents - Metz, Nîmes et Dijon - ne les ont pas jouées".


Le club, qui "se sent lésé", demande directement à la LFP et la Fédération Française de Football (FFF) de revenir sur sa décision. Ce que les deux instances du football français ne feront pas. 

Une pétition à 19 000 signatures

Pour commencer, une pétition, lancée par l'Amiens SC dès le 1er mai. Intitulée "Pour la justice #Ligue1à22", cette pétition demande l'annulation des relégations d'Amiens et du Toulouse FC, avec dans le même temps, la montée des deux premiers de la Ligue 2. À ce jour, cette pétition est signée par plus de 19 200 personnes. Parmi elles, des grandes voix du football français comme Laurent Blanc, Gérard Houllier, Jean-Michel Larqué ou encore Antoine Kombouaré ont apporté leur soutien au club amiénois. 

L'affaire portée devant la justice

Le 12 mai, l'Amiens SC suit son homolgue Lyonnais et décide de porter l'affaire devant la justice. Le club Picard dépose une requête en référé suspension devant le tribunal administratif de Paris. 

Lors d'une conférence de presse, la maire de la ville Brigitte Fouré ainsi que le président d'Amiens Métropole Alain Gest entouraient le président de l'Amiens SC Bernard Joannin. La Métropole, qui a participé à la rénovation du Stade de la Licorne pour qu'il soit habilité à la Ligue 1. Un investissement qui s'élève à environ 15 millions d'euros. 

Le tribunal administratif incompétent pour juger l'affaire

Le 22 mai, le tribunal administratif de Paris se déclare incompétent pour juger cette affaire. ce dernier "confirme la légitimité de l’action de l’Amiens SC menée au nom de l’ensemble du football professionnel pour faire respecter le principe de l’équité sportive et démontre que ce débat porté devant la justice ne concerne pas uniquement le cas particulier de l’Amiens SC et de sa relégation mais aussi de l’ensemble des clubs professionnels français". 

Le 9 juin, le Conseil d'État valide la fin de la saison, mais suspend la relégation d'Amiens et de Toulouse. La LFP et la FFF doivent rééxaminer le format de la prochaine saison de Ligue 1. 



 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
amiens sc football sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter