Relégation de l'Amiens SC en Ligue 2 : le club lance une pétition "pour la justice" et demande une Ligue 1 à 22 clubs

L'Amiens SC n'accepte pas sa relégation en Ligue 2 décidée de la Ligue de football professionnel (LFP). Soutenu par Amiens Métropole, le club picard ne désarme pas et se "réserve la possibilité de contester la décision en justice". En attendant, l'Amiens SC vient de lancer une pétition en ligne.

L'Amiens SC se trouvait à la 19ème place de Ligue 1 après 28 journées disputées sur 38, lorsque la pandémie de Covid-19 a entraîné l'interruption du championnat.
L'Amiens SC se trouvait à la 19ème place de Ligue 1 après 28 journées disputées sur 38, lorsque la pandémie de Covid-19 a entraîné l'interruption du championnat. © FTV
"Pour la justice, une Ligue 1 à 22 clubs", c'est le titre de la pétition lancée ce lundi 4 mai par l'Amiens SC. Le club picard, relégué en Ligue 2, y dit "prendre acte de la décision de la Ligue de football professionnel" mais demande à la LFP de "revoir sa position et de faire le choix le plus juste" à savoir, selon l'Amiens SC : "une Ligue 1 à 22 clubs pour la saison prochaine".

Le club explique dans cette pétition - qui a recueilli près de 1700 signatures en trois heures - que la décision de la LFP est "lourde de conséquences" et va "contre l'équité sportive".   Depuis l'annonce de la relégation de l'Amiens SC en Ligue 2 jeudi 30 avril, le club et ses supporters sont ainsi qu'Amiens Métropole sont mobilisés pour tenter de réparer ce qu'ils qualifient d' "injustice aux conséquences lourdes", à la fois sur le plan sportif mais aussi économique.  Ce dimanche 3 mai, l'un des clubs de supporters de l'Amiens SC a adressé via les réseaux sociaux une lettre ouverte à la ministre des sports. Ils demandent à Roxana Maracineanu de rendre la médaille d'or et son titre de championne du monde gagnés à Perth en 1998.

Du côté du club, Bernard Joannin, président de l'Amiens SC, a lui aussi communiqué sur les réseaux sociaux, via notamment des directs sur la page Facebook du club, pour notamment échanger avec les supporters et faire part sa postion : "mon premier sentiment c'est l'injustice. L'Amiens SC n'a pas pu défendre jusqu'au bout son maintien en Ligue 1, déplore le président du club. Nous avions déjà joué en retour les équipes les plus fortes : le PSG, Marseille, Lyon. Nos concurrents - Metz, Nîmes et Dijon - ne les ont pas jouées. Donc il y a une relative forme d'injustice dans ce jugement. L'équité sportive n'est pas respectée. (...) Dans un championnat, il y a 19 matches aller et il doit y avoir 19 matches retours. Il restait 10 rencontres et 30 points à distribuer. Et nous étions à 4 points de Nîmes."

Un recours envisagé

Et de faire remarquer que l'Amiens SC a souvent retourné en sa faveur les classements in extremis : "Si on analyse toutes nos fins de saisons depuis le National, on se rend compte que l'ensemble de nos résultats depuis le National s'est construit sur la dernière partie de la saison. Donc cette injustice n'en est que plus flagrante". Car Amiens l'a montré dans son histoire : souvent décroché, le club aime se révéler en fin de saison pour se sauver. Une marque de fabrique depuis la Ligue 2 où l'ASC avait attendu la toute dernière seconde pour se faire une place dans l'élite.

Quelle suite compte donner le club à cette relégation ? Bernard Joannin envisage un recours : "je vais me battre, avec toutes mes équipes, pour faire valoir nos droits parce que cette décision n'est pas juste. Nous allons attendre le procès verbal de ce conseil d'administration et le passage à l'assemblée générale et nous nous réservons le droit d'aller plus loin pour que la justice passe. Nous allons voir juridiquement si cette décision est fondée et juste"

Car une relégation en Ligue 2 aura des conséquences économiques non négligeables sur les finances du club, notamment concernant les droits télé qui sont moins élevés qu'en Ligue 1. Une amertume d'autant plus forte que la saison prochaine, les revenus des droits télévisés devaient pratiquement doubler pour les clubs de Ligue 1. Avant d'expliquer le retrait du sponsor principal du club : "il y a eu un petit quiproquo. Intersport national, compte tenu de la crise économique que nous vivons en ce moment, a décidé de se retirer du sponsoring national sur l'ensemble des clubs de Ligue 1. Mais à titre personnel, votre président Bernard Joannin, propriétaire de plusieurs magasins Intersport dans la région Nord, sera présent".
 

"Remonter la pente"

Pour Bernard Joannin, la LFP a manqué d'humanité dans sa prise de décision. La meilleure solution aurait été, selon lui, "la montée des deux équipes en tête de Ligue et l'absence de descentes de Ligue puis une année à 22 avec 4 descentes. (...) Mais la Ligue professionnelle de football a voulu faire correspondre sa décision pour les professionnels avec celle prise pour les amateurs".

Une décision qui fait des mécontents logiquement parmi les supporters mais aussi du côté d'Amiens Métropole : la collectivité a accompagné financièrement le club en Ligue 1, notamment avec la rénovation du stade de la Licorne. 

La Métropole amiénoise, qui loue son stade et l'a fait rénover pour la Ligue 1, fera bloc. Vendredi 1er mai, un communiqué de presse annonçait qu'Amiens Métropole a l'intention de saisir la justice quant à cette décision : "des conséquences sportives, la collectivité mesure déjà les répercussions tant sur le plan économique que sur l’attractivité. Ainsi la location du stade que paie l’Amiens SC à Amiens Métropole, les emplois directs et indirects générés par les rencontres auront un impact sur l’économie locale. De plus, Amiens Métropole a consenti de gros efforts financiers pour mettre à niveau le stade de La Licorne". 
 

Reprise fin août en L1 ou en L2 ?

"Il n'y a pas que l'enjeu sportif: il y a aussi des enjeux économiques, reconnaît Guillaume Duflot, vice-président d'Amiens Métropole en charge des sports. Il y a des partenaires qui ont investi dans le club". Reste à détailler devant quelle juridiction l'affaire peut être amenée et si la perte d'attractivité d'un territoire est une accusation recevable. 

En Ligue 1 ou en Ligue 2, le club prépare déjà sa saison prochain. Avec quels joueurs ? Et surtout dans ce contexte ? Et avec quels partenaires financiers ? "Ça fait 6 à 7 semaines de préparation et 3 semaines de vacances pour les joueurs. Donc très rapidement, nous allons être, avec Luka Elsner et John Williams, dans la préparation de cette nouvelle saison, botte en touche Bernard Joannin. Je reviendrai vous expliquer quel est notre plan et quelle équipe nous allons avoir pour cette nouvelle saison. Et parallèlement, l'Amiens SC va défendre ses intérêts. Mais il faut que les supporters soient derrière nous. Nos partenaires doivent rester avec nous. Ensemble, on remontera la pente. Il faut une union sacrée. Cette épreuve va nous sonder".

Des questions cruciales voire vitales pour l'un des plus petits budgets de l'élite du football français. L'Amiens SC aura joué 3 saisons et 104 matches en Ligue 1.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société amiens sc football sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter