Coronavirus - Une habitante de Cayeux-sur-Mer lance une pétition pour autoriser l'accès aux plages malgré le confinement

28 avril, Edouard Philippe a annoncé que l'accès aux plages reste interdit au public jusqu'au 2 juin. Une décision aberrante pour une habitante de Cayeux-sur-Mer. Elle a lancé une pétition en ligne pour réclamer la réouverture des plages.

Une habitante de Cayeux-sur-Mer a lancé une pétition pour demander la réouverture des plages du littoral picard dont celle de Fort-Mahon.
Une habitante de Cayeux-sur-Mer a lancé une pétition pour demander la réouverture des plages du littoral picard dont celle de Fort-Mahon. © FTV
"Quand j'ai écouté le discours du Premier ministre le 28 avril, j'ai trouvé curieux qu'on puisse déconfiner progressivement le 11 mai mais que, pour les plages du littoral, il faudrait attendre le 2 juin. C'est un espace naturel vaste. On renvoie les enfants à l'école, certains commerces vont rouvrir mais un espace naturel sur lequel on ne côtoie quasiment personne, reste fermé. Il y une certaine absurdité à laisser le littoral fermé."

La voix au téléphone est dynamique et gaie. Et un brin agacée. Mais Eulalie Steens l'assure : sa démarche est celle "d'une simple citoyenne qui demande une cohérence dans la lutte contre le Covid-19. Ça n'a absolument rien de politique". Cette habitante de Cayeux-sur-Mer a lancé une pétition en ligne pour que les plages du littoral soient réouvertes avant la date fixée par la gouvernement, le 2 juin. Leur accès est interdit au public dans la Somme depuis le 20 mars.
  "On a vu les queues interminables pour aller chercher un Mac Do et à côté de ça, les espaces naturels vastes et ouverts où on ne rencontre personne restent inacessibles. Il n'est pas question de vacances et de serviettes de plage, tient à préciser Eulalie Steens. Mais de pouvoir se promener librement dans un espace naturel vaste et ouvert : à Cayeux-sur-Mer, la plage, c'est 14 km pour à peu près 3500 habitants à l'année. On n'y croise jamais personne. Et si quand on croise quelqu'un, il y a largement de quoi mettre deux mètres de distance ! Je vois les enfants se promener avec leurs parents dans les rues alors qu'ils pourraient aller courir sur la plage".

Celle qui est la présidente de l'association des Cabines et du Chemin de Planches de Cayeux-sur-Mer ne réclame pas que les cabines et le chemin de planche réapparaissent sur le sable. "Il y a plus de promiscuité dans les supermarchés ou dans les rues de certaines villes que sur le sable du littoral, même à marée basse. Rouvrir les plages ne veut pas dire que tout le monde va s'y précipiter, notamment les gens de l'intérieur des terres. Ils sont au travail ou en télétravail donc ils n'ont pas vraiment le temps de faire l'aller-retour dans la journée". 

En 5 jours, la pétition a déjà recueilli plus de 4500 signatures.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société baie de somme nature parcs et régions naturelles mer