Protection des dauphins : le parti animaliste organise des actions pour sensibiliser la population

Alors que le 23 juillet marque la journée mondiale des dauphins, le parti animaliste a organisé une action sur la plage de Fort-Mahon (Somme) samedi pour sensibiliser le public à "la disparition alarmante des dauphins". Chaque année, plus de 10 000 dauphins meurent sur les plages et dans les eaux territoriales françaises.

En France métropolitaine, les dauphins sont principalement présents sur la côte atlantique et en mer méditerranée. Samedi 22 juillet, veille de la journée mondiale des dauphins, le parti animaliste a décidé de mener une action de sensibilisation du public à la protection de ces cétacés partout sur le territoire. Notamment à Fort-Mahon-Plage, dans la Somme.

"Si on veut que les politiques s'en emparent, il faut que ce soit un débat national, sinon ça n'aura pas assez de portée. Il faut appuyer sur l'ensemble des députés français pour qu'ils protègent les dauphins", souligne Thierry Vandeplassche, correspondant du parti dans la Somme, qui vend des cartes postales aux touristes sur la plage samedi 22 juillet 2023. Au verso, un QR code permet d'en apprendre davantage sur les dangers qui menacent les dauphins, espèce sauvage protégée aux niveaux national et européen. 

Le parti milite pour une réglementation plus ferme. "Ce qui peut être important, c'est de créer des zones de non-pêche. Il faut absolument limiter, voire interdire la pêche industrielle. Il faut aussi limiter les pollutions et les nuisances sonores qui sont de plus en plus importantes", appuie Thierry Vandeplassche.

10 000 dauphins meurent chaque année

Les principaux dangers pour les dauphins sont : la pêche encore autorisée dans certains pays comme le Japon et les îles Féroé; les prises accidentelles; la raréfaction de la nourriture en raison du réchauffement climatique et de la surpêche; les pollutions plastique et sonore ainsi que les risques liés aux hélices des bateaux; et la captivité des dauphins.  

D'après les scientifiques, plus de 10 000 dauphins meurent chaque année sur les plages et dans les eaux territoriales françaises. Si la majorité de ces cétacés coule à pic au fond de l'eau, d'autres, de plus en plus nombreux ces dernières années, s'échouent sur nos plages. 

Déjà 1 380 petits cétacés échoués sur nos côtes depuis le 1er décembre

Ainsi, entre le 1er décembre 2022 et le 3 avril 2023, environ 1 380 petits cétacés morts ont été retrouvés échoués sur les côtes atlantiques et 70 sur les côtes de la Manche, d'après l’observatoire Pelagis, qui recense les échouages de cétacés sur nos côtes depuis 1970. Et 92% de ces animaux échoués sont des dauphins communs. La cause principale de mortalité reste la capture dans un engin de pêche. 

En visite à Brest, dans le cadre des journées européennes de la Mer, le commissaire européen à l'Environnement, aux Océans et à la Pêche a estimé, le 24 mai 2023, que "plus d'efforts doivent être faits par les autorités françaises" pour éviter les captures accidentelles de dauphins. Virginijus Sinkevicius a ainsi pointé une "tendance très inquiétante". 

Le 14 mars 2023, l'ONG Sea Sheperd menait une action choc et exposait, devant le Parlement européen à Strasbroug, sept dauphins retrouvés échoués sur des plages de Vendée. 

De son côté, la Commission européenne a ouvert en juillet 2020 une procédure d'infraction contre la France pour son manque d’efficacité à sauver les dauphins communs. Elle a à nouveau fait pression sur la France en 2021 en lui demandant de fermer temporairement des zones de pêche.

L'État sommé de fermer certaines zones de pêche

Le Conseil d'État avait également été saisi en 2021 par plusieurs associations de défense de l'environnement qui réclamaient des suspensions de la pêche dans l'Atlantique pour une durée de trois mois l'hiver et d'un mois en été. 

En mars 2023, le Conseil d'État a ordonné au gouvernement de fermer certaines zones de pêche dans le golfe de Gascogne pendant des périodes appropriées afin de préserver les dauphins. Le gouvernement dispose d'un délai de six mois pour prendre des mesures. 

"Ces fermetures viendront en complément des dispositifs de dissuasion acoustique par les bateaux de pêche qui ont déjà été déployés", précise la haute juridiction. Le Conseil constate cependant que "l’équipement des bateaux de pêche en dispositifs de dissuasion acoustique, déjà engagé ou envisagé par l’État, ne permet pas de réduire suffisamment les captures accidentelles", ni de "garantir un état de conservation favorable des espèces de petits cétacés dans le golfe de Gascogne".

Un dauphin éventré découvert au large de l'île d'Oléron

Le 20 juillet dernier, 14 grands dauphins ont été piégés par la marée dans une crique de Plévenon (Côtes-d'Armor). Le Dispositif National Échouage a été activé pour faire intervenir des spécialistes et les cétacés ont pu regagner la mer avec le retour de la marée. 

Le 18 juillet, un dauphin éventré était découvert au large de l'île d'Oléron (Charente-Maritime) par un plaisancier. Une plainte contre X a été déposée par Sea Shepherd France, qui exclut la thèse de l'accident.

En cas de découverte d’une carcasse de dauphin sur la plage, l'observatoire Pelagis rappelle qu'il ne faut surtout pas toucher l’animal. En cas de découverte d'un dauphin échoué, il faut contacter le Réseau national échouages au 05 46 44 99 10.