Réouverture de la chasse au gibier d'eau sur le littoral picard : "on l'attendait depuis six mois"

Publié le
Écrit par Sylvia Bouhadra avec Mary Sohier

Samedi 6 août, à l’occasion de la réouverture de chasse au gibier d’eau, environ 500 chasseurs se sont déplacés en baie de Somme. Cette année, ils sont soumis à un protocole particulier en raison du virus de la grippe aviaire sévissant dans la région.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

C'est un moment très attendu pour les passionnés de chasse : l'ouverture de la chasse au gibier d'eau. Très tôt samedi 6 août, ils étaient au rendez-vous sur la baie de Somme.

"Ce matin, il y avait beaucoup de gibier, beaucoup de chasseurs ont tiré. J’ai attrapé deux courlis corlieu, c’est un oiseau migrateur que l’on trouve souvent en été", se réjouit Charles Pierronne. Ce jeune chasseur de 17 ans a dormi sur place pour être prêt à tirer dès 6 heures du matin, "c’est une vraie passion avec toujours le respect du gibier".

Pour Nicolas Bruvier, président de la Fédération de chasse de la baie de Somme, c’est un "jour particulier" : "On l’attendait depuis six mois. C’est en plus une superbe journée, avec un beau soleil et il y a du monde sur les différents coins de la baie".

Contexte de grippe aviaire

Seulement, cette réouverture survient dans un contexte particulier. Depuis plusieurs mois, les cas de grippe aviaire se multiplient sur le littoral. Les premiers oiseaux atteints par le virus avaient été découverts le 11 mai dernier. Quelques jours plus tard, une quarantaine de goélands argentés juvéniles avaient été retrouvés morts sur la plage de Saint-Quentin-en-Tourmont dans la Somme. Depuis, le virus s’est propagé à d’autres espèces.

Ainsi, si l'ouverture de la chasse au gibier d’eau a été maintenue, des mesures préventives ont tout de même été prises.

"Un protocole sanitaire a été mis en place", indique Nicolas Bruvier. Il a ainsi été décidé de permettre le transport et l'utilisation des appelants (animal vivant destiné à attirer un autre animal pour le chasser) sous certaines conditions notamment de déclaration de ceux-ci auprès de la fédération des chasseurs de la Somme et dans le respect strict des mesures de biosécurité, "les chasseurs ont joué le jeu". Des contrôles auront lieu régulièrement pendant les 6 mois de chasse.