• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Tourisme : quand la Somme mise sur les Youtubeurs pour promouvoir le territoire

Le Youtubeur Benjamin Brillaud, alias Nota Bene, en tournage dans la Somme début juillet 2018. / © ©Somme Tourisme -JG
Le Youtubeur Benjamin Brillaud, alias Nota Bene, en tournage dans la Somme début juillet 2018. / © ©Somme Tourisme -JG

Cet été, le Youtubeur de l'Histoire Benjamin Brillaud, alias Nota Bene, est venu tourner deux vidéos dans la Somme, en partenariat avec Somme Tourisme. Ce n'est pas la première fois que celui-ci fait appel aux influenceurs 2.0 pour la promotion de son territoire.
 

Par Richard Duclos

Oubliez les prospectus à l'office de tourisme et les spots tv. L'avenir, pour faire la promotion d'un territoire, c'est peut-être bien YouTube, et plus précisément les Youtubeurs. Dans la Somme en tout cas, on n'hésite pas à miser sur ces nouveaux influenceurs.

Somme Tourisme a ainsi noué un partenariat avec Nota Bene, Benjamin Brillaud de son vrai nom, la référence en matière de vulgarisation historique. Cet ancien technicien audiovisuel de 30 ans s'est lancé il y a quatre ans dans les vidéos sur l'Histoire, de l'antiquité romaine aux débuts de l'aviation militaire, en passant par les papes les plus déjantés ou encore les inspirations de Pokémon. Début juillet, il est venu tourner dans la Somme : la publication de deux vidéos sur sa chaîne est prévue pour la fin du mois d'octobre.

La première portera sur les batailles dans la Somme en 1918, la seconde sur la vie à l'arrière-front. Toutes deux feront une vingtaine de minutes environ. On y verra entre autres Amiens, la cité souterraine de Naours, Péronne, Doullens, le Val de Somme…

L'intérêt pour le département n'était pas seulement de marquer le coup de façon originale pour la fin du centenaire de la Première Guerre Mondiale, mais aussi et surtout "d'atteindre plus de personnes avec des vidéos moins institutionnelles", explique Julie Guérin, de Somme Tourisme. C'est elle qui a piloté le projet. Elle-même abonnée à la chaîne Nota Bene, elle a eu l'idée de contacter Benjamin Brillaud en juillet 2017.
 

Près de 800.000 abonnés


Nota Bene est suivi par près de 800.000 personnes, c'est dire l'audience de ses vidéos. "Il a même réussi à atteindre plusieurs fois le million de vues", souligne Julie Guérin. "Le sexe au Moyen-âge" a carrément explosé les compteurs, avec 2,4 millions de vues.
 


L'audience du Youtubeur est surtout composée de 18-35 ans, pas forcément la population qui voyage le plus, mais qu'importe : "Ce sont potentiellement les touristes de demain", note Julie Guérin. "Surtout que les deux vidéos dans la Somme portent sur des sujets précis, les personnes intéressées se déplaceront quel que soit leur âge." Et quand bien même :

Le but aussi c'est de faire parler de la Somme à une échelle nationale, plus qu'avec les médias traditionnels.


En juillet également, c'est une autre influenceuse qui s'est rendue dans la Somme, la Youtubeuse et blogueuse Little Gypsy, là encore en partenariat avec Somme Tourisme. Dans une vidéo de 6 minutes, "La Somme en s'amusant", la Niçoise raconte son voyage, façon expédition en zone inconnue. Découverte du climat, de l'accent, du longe-côte, mais aussi visite de Fort Mahon Plage, d'Amiens, du Crotoy, l'aperçu est complet.

  

 

Authenticité


La Somme n'est pas la seule à se payer les services de ces stars du net. Nota Bene a par exemple aussi noué des partenariats avec le Loir-et-Cher, mais également, plus près d'ici, avec l'Aisne : entre autres projets, dont une contribution à l'application  "14-18 Saint-Quentin et la Grande Guerre", il a par exemple réalisé trois vidéos publiées en août 2017. Il y revient sur la vie sous l'occupation à Saint-Quentin, le Chemin des Dames et le débarquement américain à Château-Thierry.

Les vidéos ont coûté entre 5.000 et 6.000 € à l'office de tourisme de Saint-Quentin, moins cher qu'une campagne classique de panneaux d'affichage le long des routes. Et la portée de cette communication 2.0 dépasse largement les frontières départementales et/ou régionales : les vidéos réalisées sont en effet postées sur les chaînes Youtube des influenceurs. Des revenus supplémentaires pour les Youtubeurs, et un joli coup de projecteurs pour les territoires, tout le monde est gagnant.
 


"Dès que Benjamin a mis ses émissions en ligne, il y a eu des retombées", explique Cécile Millet, directrice de l'office de tourisme du Saint-Quentinois. Des retombées difficilement quantifiables, mais "beaucoup de personnes se sont présentées à l'office de tourisme et ont expliqué avoir vu les vidéos de Nota Bene.
 

Elles ont aimé cette façon différente de présenter le territoire, cette façon de le rendre accessible à tous. Les Youtubeurs comme Benjamin transmettent leur passion, et les gens le ressentent. Il y a une authenticité qui leur donne envie de venir.

 



"YouTube a de beaux jours devant lui, ce réseau attire de plus en plus de monde", constate Julie Guerin. "Il faut donc être présent sur ce canal, en complément de la communication traditionnelle. En 2019, nous voulons continuer dans cette lignée, en espérant que les Youtubeurs soient aussi enjoués que Benjamin, avec d'autres chaînes qui n'ont pas forcément les mêmes centres d'intérêt." Pourquoi pas par exemple unYoutubeur randonnées qui viendrait tester les sentiers de la Somme, ou un Youtubeur cuisine qui viendrait découvrir les spécialités locales.

 

Sur le même sujet

Concert : Yolande Bashing à Lille (électro)

Les + Lus