Une usine d’engrais à 1,3 milliard d’euros annoncée dans un village de la Somme : "Il faut voir l'impact sur l'environnement"

Lors du sommet Choose France, ce lundi 13 mai 2024, des entreprises étrangères ont annoncé investir 15 milliards d’euros en France. Parmi les 56 projets : une usine d’engrais, à 1,3 milliard d’euros, qui pourrait voir le jour à Languevoisin-Quiquery, dans la Somme.

La nouvelle a surpris les 193 habitants de Languevoisin-Quiquery (Somme) : la première usine de production d’engrais, à faible émission, pourrait être construite sur leur village.

L'usine, qui devrait s’étendre sur 16 à 20 hectares, devrait produire environ 500 000 tonnes d’engrais par an. 

250 emplois annoncés

Jacques Gravet, maire (SE) de Languevoisin-Quiquery, confie avoir découvert le projet en même temps que son annonce. "Je suis pour mais il faut d'abord regarder en détails, voir l'impact que cela pourrait avoir sur l'environnement et les nuisances potentielles", réagit l'édile.

S’il déplore un manque d'informations, il salue tout de même cet investissement qui devrait créer 250 emplois, à travers toute la région des Hauts-de-France. "Il faut que le village se développe. On a besoin d’une construction pour créer des emplois", estime Georgette, habitante de 92 ans. 

Est-ce qu'il y aura des odeurs ? Ou un trafic routier plus important ? Il faut d'abord des informations.

Bernard

Habitant de Languevoisin-Quiquery

Réduire les gaz à effet de serre

En plus de la proximité avec le futur canal Seine Nord, José Rioja, président de la communauté de communes de l'Est de la Somme, estime que le groupe FertigHy a trouvé un autre avantage : "Sur notre territoire, il y a des entreprises complémentaires à la leur. À savoir : Tereos, Ajinomoto et Innovafeed, entreprise la plus importante au monde dans ce domaine et située à Nesle."

Dans un communiqué, la préfecture de la Somme souligne quant à elle que FertigHy contribuera "à décarboner l’agriculture française, la production et l’utilisation d’engrais étant aujourd’hui responsables de 30 % des émissions totales de gaz à effet de serre du secteur."

De son côté, le consortium européen, à l’origine du projet, précise que la décision d’investissement ne sera validée qu’en 2026. L’usine ne devrait ainsi pas voir le jour avant 2030.

Suite au sommet Choose France 2024, huit autres projets ont été annoncés dans les Hauts-de-France.

Avec Claire-Marines Selles / FTV