Les entreprises devront baisser leur consommation d'eau de 10% d'ici 2030 selon la Chambre de commerce et d'industrie des Hauts-de-France

Dans son rapport sur le lien entre changement climatique et économie des entreprises dans la région, la CCI des Hauts-de-France souligne l'importance d'effectuer une transition écologique. Le but ? "Anticiper pour ne pas subir" les effets du changement climatique, notamment en matière d'eau.

À l'occasion de la tournée des Rencontres régionales de l'Économie, qui fait escale à Lille du 19 au 23 février 2024, un rapport d'enquête sur le climat des entreprises des Hauts-de-France a été publié, entre autres, par la CCI (Chambre de commerce et d'industrie) des Hauts-de-France. Celui-ci met en perspective les défis auxquels sera confrontée l'économie régionale ces prochaines années, notamment en termes de changement climatique.

Un rapport qui ne se veut pas alarmiste, mais qui met en avant les lacunes de l'économie régionale en matière de prise de conscience environnementale et de transition écologique.

"Anticiper pour ne pas subir"

"Il convient aujourd'hui d'intégrer, dans nos fonctionnements et nos écosystèmes, ces dérèglements climatiques qui seront de plus en plus nombreux et intenses." Le rapport prend comme point de départ les récentes inondations qui ont éprouvé la région à deux reprises ces derniers mois. Les habitants des Hauts-de-France ont pu s'en rendre compte depuis novembre : les effets du changement climatique impactent lourdement l'économie locale. Ruptures d'approvisionnement, coûts d'assurances plus importants, arrêt de l'activité pouvant mener à une cessation... La liste des risques liés au changement climatique est longue pour les entreprises.

Le rapport de la CCI relève que, face aux aléas climatiques, chacun a son rôle à jouer :

L'ensemble des acteurs et des représentants des entreprises doivent aider et mobiliser les entreprises pour qu'elles s'emparent de ce défi majeur... Anticiper pour ne pas subir.

Rapport des Rencontres régionales de l'Économie

La transition environnementale des entreprises est donc un enjeu important pour les années à venir.

Les artisans en avance sur la transition

Si en agriculture et dans le secteur de l'industrie les entreprises ne se disent pas encore prêtes à sauter le cap, côté artisanat, 42% se disent concernées par la transition environnementale. Selon le rapport de la CCI, 24% ont d'ailleurs déjà engagé des actions en ce sens, notamment dans la gestion économe des ressources (matières premières, énergie, eau).

Cependant, leur situation économique freine considérablement ces avancées : "Les artisans sont sensibles à la transition environnementale, qui leur semble difficilement accessible". En effet, plus d'un artisan sur deux n'a pas eu d'activité suffisante en 2023. Le manque de ressources, notamment humaines (22% des artisans cherchent à recruter), de temps, de connaissances et de compétences empêche les professionnels de se projeter dans la transition de leur entreprise.

La CCI des Hauts-de-France souligne donc l'importance de clarifier et renforcer les aides publiques existantes, qui leur permettraient de mieux s'y atteler.

L'eau : un sujet sensible

Pour être plus respectueuses de l'environnement, les entreprises doivent également intégrer la gestion et la consommation durables de l'eau à leur fonctionnement. Selon le rapport paru ce lundi 19 février 2024, d'ici 2030, "il faudra atteindre une économie de -10% de la consommation pour défendre les différents droits d'usage".

L'eau est donc une priorité environnementale absolue selon la CCI, qui relève pourtant un désintérêt des chefs d'entreprises sur ces questions :

Les dirigeants considèrent les sujets relatifs à l'eau comme peu ou pas importants pour le bon fonctionnement de leur entreprise.

Rapport des Rencontres régionales de l'Économie

Lorsqu'un intérêt pour la question de l'eau se présente, il s'agit presque exclusivement d'une question vue sous le prisme économique, notamment concernant l'augmentation de son prix, en particulier pour l'hôtellerie-restauration et l'aide à la personne. Le prisme environnemental arrive dans un second temps, avec une inquiétude concernant la raréfaction de la ressource.

Un panorama que la CCI des Hauts-de-France conclut en attestant que "la question de la bonne gestion de la ressource ne pourra pas se limiter à la sobriété. Un plan d'investissement doit être réfléchi, avec toutes les forces économiques pour moderniser nos infrastructures de régulation hydraulique. L'avenir de l'économie de notre région en dépend."