Cet article date de plus de 6 ans

Christophe de Margerie : sa vision des sites haut-normands de Total

"Tenir ses promesses" de ne pas fermer le site de Gonfreville mais"transformer une raffinerie vieillissante en raffinerie moderne et compétitive". Le PDG de Total était en 2011 l'invité du colloque "axe Seine" à Rouen
Christophe de Margerie (à droite) au Zénith de Rouen le 23 mai 2011 aux côtés de Denis Fidelin
Christophe de Margerie (à droite) au Zénith de Rouen le 23 mai 2011 aux côtés de Denis Fidelin © Capture d'écran du colloque "Axe Seine"


Quelle sera l'orientation du nouveau PDG de Total après le décès brutal de Christophe de Margerie  dans la nuit de lundi à mardi dans un accident d'avion à Moscou ? Le groupe a annoncé la tenue d'un conseil d'administration extraordinaire "dans les plus brefs délais".

Total compte 4 sites dans l'agglomération havraise qui emploient plus de 2500 salariés
© capture d'écran site raffinerie-normandie.Total.fr

"suivre l'évolution de la consommation des carburants, moderniser la raffinerie"


"Il n' a pas que Paris qui compte, c'est agréable de vivre au Havre". Christophe de Margerie invité du colloque "axe Seine" en 2011 avait rassuré les élus et salariés de Seine-Maritime.

Il connaissait bien la Normandie où il possédait une résidence de vacances à St Pair sur Mer près de Granville

Christophe de Margerie avait donné dans ce colloque sa vision à long terme du raffinage en France. Il fallait selon lui redimensionner ces industries en usines "plus petites et plus compétitives". Près d'un milliard d'euros ont été investis par le groupe sur ses sites havrais.

##fr3r_https_disabled##
prise de parole de C.de Margerie en 2011 à Rouen

En août 2014,  les perspectives semblaient plus inquiétantes pour les salariés des raffineries, le PDG déclarait au journal Ouest France entreprises :

"Sur la France, on perd énormément d'argent toutes activités confondues. Sur le raffinage, les pertes sont même supérieures à tous les gains faits par ailleurs dans l'Hexagone "
"Nous n'avons pas d'autre choix que de bouger. Cela veut dire qu'il y a encore des adaptations à faire sur les sites de Total en France »,



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie