Bataille de la Coquille Saint Jacques : où en est-on après l'ouverture de la pêche aux Normands ?

© Gwenaëlle Louis / France 3 Basse-Normandie
© Gwenaëlle Louis / France 3 Basse-Normandie

La pêche à la coquille Saint Jacques a démarré lundi pour les pêcheurs normands. Ouverture ratée pour les uns, décevante pour les autres, avec un invité dont les Normands se seraient bien passés : le dinophysis…
 

Par Franck Besnier / CG

Dimanche en politique La bataille de la coquille Saint Jacques - 7 octobre 2018

Ouverture ratée de la pêche à la coquille : la faute des anglais ?

Lundi 1er octobre, minuit : le Vilou, un des navires de Port en Bessin (Calavdos)  jette ses premières dragues, on va enfin savoir si le précieux coquillage est au rendez-vous dans cette zone située au large des 12 mille nautiques….. mais après 20 heures de mer , le butin est maigre : 9 bacs et 360 kilos de coquilles, c’est 5 fois moins qu’une ouverture habituelle. Pour le patron et son équipage, les Anglais ont tout gratté. Il faut changer de métier, remettre les chaluts et repartir au poisson dès le lendemain.


Meilleure pêche à Dieppe et au Tréport

A Dieppe et au Tréport, les bateaux sont rentrés également sans avoir fait leurs quotas même si apparemment les quantités pêchées sont plus élevées que dans les ports de l’ex-Basse-Normandie. Ce sont 16 tonnes qui sont débarquées sous la criée en ce premier jour de pêche  pour une coquille qui sera achetée 3,64€ le kilo par les mareyeurs. Il faut dire que les premières coquilles, si elles sont peu abondantes, sont de belles tailles.
 

Une eau trop chaude pour les coquilles.

En ce premier jour de pêche, une algue verte, le dinophysis, a empêché l’ouverture de toutes les zones au large de la baie de Seine. Deux d’entre elles sont interdites à la pêche pour raison sanitaire. Cette algue toxique prolifère quand l’eau est trop chaude, ce qui a été le cas cet été et en ce début de mois d’octobre. De nouveaux prélèvements effectués pourront peut être permettre d’ouvrir les  autres zones au large de la bande des 12 mille.


L’Europe en arbitre  ?

Bruxelles qui vient de ré-autoriser les plaisanciers à pêcher le bar au nord du 46ème parallèle est de nouveau appelé à la rescousse pour calmer la colère des normands face à la concurrence déloyale des britanniques, des pêcheurs du Royaume-Uni, qui peuvent pêcher toute l’année alors que les français doivent attendre le 1er octobre pour capturer leurs premières coquilles.
 
Bataille navale pour la pêche à la coquille Saint-Jacques entre Français et Anglais. Août 2018 France 3 Normandie G. Louis C. Meunier

Après les affrontements du 28 août dernier, un accord a bien été passé entre les pêcheurs pour que les bateaux  britanniques de plus de 15 mètres ne reviennent pas dans la zone avant le 1er novembre mais ça ne règle pas tout car cet accord n’est valable que pour cette saison 2018/2019.
Les pêcheurs normands réclament une « box communautaire sur la Baie de Seine » sous l’égide de l’Europe pour que les dates, les quotas, la taille des navires et des coquilles soient équitables, un combat qui alimentait déjà les débats…..il y a 40 ans !
 


La bataille de la coquille Dimanche en politique
     sur France 3 Normandie 7 octobre à 11h30

     
Sur tous les aspects de cette pêche à la coquille, essentielle pour l'économie de la pêche en Normandie, Franck Besnier reçoit sur le plateau de Dimanche en politique ce 7 octobre :Vous entendrez également les interventions de Martin Oates, journaliste anglais de la BBC et de Stéphane Travert, le ministre normand de l’agriculture et de l’alimentation.
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus