Conséquences du confinement : le son s'éclipse et les animaux sauvages s'approprient de nouveaux territoires

Renards, sangliers, cerfs, ragondins: la population de ces animaux est impactée par le confinement avec des conséquences multiples. / © avec l'aimable autorisation de Fabrice Simon
Renards, sangliers, cerfs, ragondins: la population de ces animaux est impactée par le confinement avec des conséquences multiples. / © avec l'aimable autorisation de Fabrice Simon

A la campagne et en ville, la faune se porte bien en Normandie pendant que les humains sont confinés. Plus de voitures, plus de chasseurs, c'est moins de mortalité chez les chouettes et chez les hérissons, c'est aussi aussi plus de sangliers avec des dégâts attendus sur les cultures. 

Par Stéphanie Potay

Confinés, les urbains redécouvrent le chant des oiseaux chaque matin, dans le silence, la nature s'entend de nouveau dans la ville. A Caen, Rouen ou encore le Havre, les bergeronnettes et autres rouges-gorges offrent des concertos gratuits ( si vous voulez vous amuser à les identifier, ici un petit guide de la LPO( Ligue de Protection des Oiseaux) .
 
Gorge bleue en Normandie / © avec l'aimable autorisation de Chistophe Perelle
Gorge bleue en Normandie / © avec l'aimable autorisation de Chistophe Perelle

Exit donc le bruit parasite de la circulation automobile. Depuis quelques jours, la "biophonie" l'emporte sur  l’"anthropophonie". En clair, les sons des êtres vivants l'emportent sur les sons liés aux activités humaines. Alors qu'habituellement, les oiseaux par exemple doivent chanter plus fort et plus souvent pour lutter contre le vrombissement des moteurs. Moins de bruits, moins de stress... chaque espèce réagit à sa façon, les rats voient dans ce silence le signe d'un danger par exemple.
 
Reconnaître les chants d'oiseaux

" Ce qui est certain, explique Guillaume Hédouin, naturaliste au  Parc des Marais du Cotentin, c'est que beaucoup d'espèces voient ou vont voir leur mortalité se réduire avec la baisse des déplacements automobiles. "


La réduction drastique de la circulation automobile réduit les collisions mortelles. L'impact va être positif pour les populations de chouettes comme la chouette effraie, le faucon crécerelle et surtout le hérisson  qui se déplace beaucoup 
 

Et comme dans la nature, tout marche avec tout, cette baisse de la mortalité du hérisson peut avoir des effets positifs pour votre jardin. Car cette espèce protégée qui a vu sa population baisser de 70 % en 20 ans, est un "insecticide naturel".

 

Pour les hérissons qui se déplacent beaucoup, la reduction de la circulation automobile est une bonne chose / © avec l'aimable autorisation de Fabrice Simon
Pour les hérissons qui se déplacent beaucoup, la reduction de la circulation automobile est une bonne chose / © avec l'aimable autorisation de Fabrice Simon


Insectivore, le hérisson chasse les limaces, les sauterelles, les criquets, les escargots, les hannetons, les mille-pattes ou encore les charançons. Il peut même s'attaquer aux vipères. Autant de nuisibles pour les jardins qui constituent l’alimentation du petit mammifère.

Des cabanes pour aider les hérissons menacés d'extinction

A peine protégés des températures négatives dans le garage qui leur sert d'atelier, John et Gilbert découpent, vissent et assemblent. S'ils s'activent ce n'est pas pour se réchauffer, mais plutôt pour tenir la cadence de production de leurs cabanes pour les hérissons.


Une prolifération de sangliers redoutée par les chasseurs

" On sort d'une période où il ne faisait pas beau et de ce fait, il y avait déjà peu de promeneurs, peu de fréquentation. On observait déjà que des animaux du coup s'aventuraient sur des espaces où ils n'allaient pas habituellement comme les courlis cendrés par exemple dans les marais de Carentan. Le confinement humain actuel accélère ce processus d'appropriation de territoires même s'il est évidemment trop tôt pour quantifier les choses."

 " En revanche, en ville, le confinement peut aussi avoir un effet négatif sur les nidifications car les gens taillent leurs haies et leurs arbres plus tôt et plus souvent que d'habitude du fait du confinement" Sylvain Girodon, président de l'association pour la renaturation des villes  Au pied du mur ( Caen)


Du côté des chasseurs, le ton est différent, la période de confinement inquiète quant à la proliferation d'espèces dites nuisibles comme les sangliers . 

Gilles de Valicourt, directeur adjoint de la Fédération de chasse du Calvados, explique :

"
La période de la chasse est close mais nous avions obtenu une dérogation de pouvoir chasser le sanglier, il faut savoir que les dégâts agricoles occasionnés par les sangliers sont à la charge finançière des chasseurs. Nous en tuons environ 6000 par an. Or, nous sommes en période de semis, l'agriculture est dans le contexte une priorité nationale, les sangliers vont aller chercher de la nourriture et faire des dégâts. Le Préfet devra probablement mettre en place prochainement des actions administratives pour ce problème."
 
Des sangliers et marcassins sur un site dit d’agrainage en Normandie. Car souvent, les sangliers sont nourris pour éviter qu'ils détruisent les cultures ce qui accentue aussi la prolifération de l'espèce. Le nourrissage va-t-il être maintenu pendant le confinement? / © avec l'aimable autorisation de Fabrice Simon
Des sangliers et marcassins sur un site dit d’agrainage en Normandie. Car souvent, les sangliers sont nourris pour éviter qu'ils détruisent les cultures ce qui accentue aussi la prolifération de l'espèce. Le nourrissage va-t-il être maintenu pendant le confinement? / © avec l'aimable autorisation de Fabrice Simon

Les seules espèces chassables dans le département du Calvados dans le contexte actuel sont le corbeau freux, la corneille noire et le pigeon ramier. 
 

 Aujourd'hui, un agriculteur ne peut plus faire appel qu'à un seul et unique chasseur habilité pour tuer ces espèces dites nuisibles du fait du confinement. 


Autre conséquence: plus de chasse dite de déterrage qui se pratique avec des chiens et des grosses pinces dans des terriers pour les espèces chassables comme les blaireaux et encore les renards. " La nature n'est jamais en équilibre, elle s'adapte en permanence, elle passe du déséquilibre à une résilience toujours temporaire, la hausse du nombre de renards aura des conséquence sur le nombre de lapins, perdrix ou encore faisans". 

 

850 renards menacés de destruction dans un département normand

Les amoureux de "Rox et Rouky" ont du souci à se faire. Les renards normands sont en danger, menacés par la loi.Comme l'Eure, son département voisin, la Seine-Maritime veut combattre cet animal, considéré par certains comme un nuisible.

 
© avec l'aimable autorisation de Fabrice Simon
© avec l'aimable autorisation de Fabrice Simon

Et si nos confrères de Paris Normandie dans l'Eure s'étonnaient avec une once d'humour de la réactivité du ragondin au confinement humain,  " Le confinement commencé, un ragondin en profite déjà pour sortir à Pont-Audemer !,  leur impact si leur nombre augmente est redouté car ils sont régulés par piégeage. Jusqu'à 30 à 35 000 ragondins sont piegés par exemple juste pour la Manche chaque année.

Tous les bassins versants de Basse-Normandie sont aujourd'hui colonisés par ces rongeurs importés d'Amérique qui se sont trés bien acclimatés. Leurs nuisances sont multiples: atteinte du réseau hydrographique par destruction des berges ou encore consommation des cultures aux abords des berges. 


Truites peinardes et cerfs tranquilles

" Pour les truites, c'est l'aubaine, elles, elles vont être bien tranquilles! La pêche aux salmonidés avait ouvert le 14 mars mais des mesures en lien avec la situation interdisent la pêche. On espère retitiller dans plusieurs mois" explique Marc Madeleine, président de l'Amicale des pêcheurs à la ligne de l'Avranchin ( 50). " En attendant, pour elles, c'est la belle vie! "

 
La pêche à la truite dans le Calvados

Quant aux cerfs de nos forêts, le confinement est une bonne nouvelle car c'est la période où ils perdent leurs bois et la tradition veut que ceux-ci soient ramassés en forêt. Plus de sérenité pour eux donc à un moment où ils se sentent vulnérables...
 
C’est en ce moment la période où les cerfs perdent leur bois et beaucoup de monde aime habituellement les chercher pour les ramasser. Plus de calme donc avec le confinement humain pour les cervidés à un moment où ils se sentent vulnérables. / © avec l'aimable autorisation de Fabrice Simon
C’est en ce moment la période où les cerfs perdent leur bois et beaucoup de monde aime habituellement les chercher pour les ramasser. Plus de calme donc avec le confinement humain pour les cervidés à un moment où ils se sentent vulnérables. / © avec l'aimable autorisation de Fabrice Simon

Attention aux fake news sur le retour de la vie sauvage

On a vu fleurir des images de dauphins à Venise ou encore des infos qui prétendent que des cygnes ou des dauphins seraient déja venus repeupler les eaux de la ville ...C'est faux! National Geograpic dans un article dément ces fake news: " Ce phénomène montre avec quelle rapidité les rumeurs attrayantes et trop belles pour être vraies peuvent se propager en temps de crise. Face à une publication qui fait appel à leurs émotions, les internautes ne peuvent pas s'empêcher de partager. En situation de stress, ces images adorables d'animaux sont un irrésistible remède. Selon une étude parue en 2016, la propagation des phénomènes sociaux est si puissante qu'elle suit parfois les mêmes modèles que la contagion d'une épidémie."
 
Un lapin de garenne près de la prairie de Caen / © avec l'aimable autorisation de Christophe Perelle
Un lapin de garenne près de la prairie de Caen / © avec l'aimable autorisation de Christophe Perelle

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus