Un individu sème la panique à l'université de Caen : le risque de voir les étudiants faire justice eux-même

Depuis le début de la semaine, la présence d'un individu dans les locaux de l'Université de Caen inquiète. Les étudiants ont partagé des milliers de fois sa photo au cours des dernières heures. L'homme semble surtout perdu et sans repères.
Le campus de l'université (archives)
Le campus de l'université (archives) © F3 Caen
Depuis deux jours, la tension monte à l'Université de Caen. Parmi les étudiants le mot circule : un homme au comportement suspect se promènerait dans les amphis et aux abords de l'Université.

On a d'abord cru à une rumeur comme sont capables de les fabriquer les conversations instantanées sur les réseaux sociaux. La photo d'un homme est partagée dans différents endroits autour de la faculté. 

Photographié sur les bancs de la fac, dans les couloirs ou près du Phénix, il a semé une certaine "terreur" ces dernières heures.
 

"Il existe bien mais a l'air surtout perdu, sans domicile fixe"

Le phénomène a pris rapidement de l'ampleur suscitant jusqu'à 3 000 réactions sur twitter dans la seule journée du mardi 6 octobre.

La direction de l'Université a décidé de réagir, elle-même sur twitter pour expliquer les choses. Contactée par téléphone, elle nous répond, ce mercredi, que cet homme "existe bien et a fait peur à quelques étudiants mais qu'il a l'air surtout perdu et sans domicile fixe."
Alors que le temps s'est amélioré ce mercredi et qu'il a été rappelé à l'ordre par les services de sécurité de l'Université, l'homme semble avoir désormais quitté les lieux où il avait trouvé refuge. 

L'homme, qui n'a rien à faire dans ces bâtiments, aurait toutefois tenu des propos agressifs et peu cohérents envers quelques jeunes filles, devant témoins. C'est du moins ce qui est expliqué dans les échanges lus sur Internet.

Une main courante doit être déposée au commissariat par l'Université.

Un appel au calme et à ne pas agir individuellement


Craignant tout débordement ou geste de violence qui pourraient dégénérer, l'Université alerte sur la necessité de faire appel aux services de sécurité si l'homme est encore vu dans les locaux. 
 
"Une alerte publiée ou relayée sous pseudonyme sur les réseaux sociaux ne constitue pas un élément tangible pour lancer une action contrairement à un signalement aux autorités compétentes", rappelle l'Université qui redoute des actions individuelles non contrôlées. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société faits divers