Bannière résultats municipales

Municipales 2020 : Joel Bruneau réélu au premier tour à Caen

Joel Bruneau est réélu maire de Caen avec 50,8% des suffrages.

Municipales 2020 : Caen, tout ce que vous devez savoir sur l'élection
Municipales 2020 : Caen, tout ce que vous devez savoir sur l'élection © France Televisions

La liste de Joel Bruneau (LR et Alliés) est réélue avec 50,8% des suffrages.
La liste de Rudy L'Orphelin (EELV) obtient 25,6% des voix. 
La liste de Gilles Deterville (PS) obtient 9,3% des voix.

Caen Joel Bruneau réélu
Caen Joel Bruneau réélu





Le maire sortant Joël Bruneau briguait un second mandat dans la capitale du Calvados. Face à lui : 5 listes à gauche et 1 à l'extrême-droite. Transports, attractivité de la ville de Caen, et politique de l'habitat sont au coeur du débat organisé sur notre plateau avant le 1er tour, à voir en replay

Replay du débat Municipales 2020 à Caen (26 février 2020)

Alors que ses deux prédécesseurs ont échoué à leur réélection, Joël Bruneau parviendra t-il a être reconduit pour un deuxième mandat aux prochaines élections municipales ? 
Voici ce qu'il faut retenir du débat d'avant premier tour que nous vous avons proposé ce 26 février sur notre plateau

Replay Débat municipales 2020 à Caen avant le 1er tour - 26 février 2020 ©France 3 Normandie


Sur l’emploi, Joël Bruneau défend le bilan de la communauté urbaine, Rudy L’Orphelin propose une veille plus active

Selon le maire Joël Bruneau, Caen est la ville qui a créé le plus d’emplois en Normandie ces six dernières années. « 18 000 emplois nouveaux ont été créés entre juin 2014 et 2019 en Normandie dont 5 500 sur Caen la Mer, grâce au travail des entreprises », a rappelé le maire sortant, soulignant que le taux de chômage, de 8,1 %, restait inférieur à celui de Rouen et du havre. Rudy L’Orphelin propose « une veille sanitaire plus active » , un dispositif territoire zéro chômeur sur le modèle de Colombelles, en soulignant par ailleurs que "les emplois de demain se trouvent dans la transition écologique".


6 000 logements : comment ne plus perdre d’habitants à Caen ?

Caen perd des habitants. Et 6 000 logements seraient vacants. Comment l’expliquer ? Les candidats n’ont pas tous avancé les mêmes raisons : l’augmentation du prix des loyers, selon Gilles Déterville. Le manque de rénovation thermique, selon Rudy L’Orhelin. La pression migratoire, le temps d’attente pour l’attribution d’un logement HLM et l’insécurité pour Isabelle Gilbert, candidate Rassemblement national. Idem pour le candidat Caen l’Insoumise, pour qui le problème n’est pas seulement la vacance des logements mais bien « la qualité de vie générale, et la différence de traitement entre les beaux quartiers et les quartiers populaires ».

Sur cette question, de son côté, le maire sortant assure que le nombre de logements vacants était sensiblement le même en 2014 (autour de 5 400) et qu’un projet de rénovation est en cours dans le quartier Saint-Jean.
 

La gratuité des transports publics, une question qui divise

C’est l’un des chevaux de bataille du candidat socialiste. « Pour des raisons de pouvoir d’achat -car un couple avec enfants pourrait économiser 1 300 euros par an, c’est un treizième mois pour les petits salaires- pour des raisons environnementales, et de raisons sociétales car cela relie mieux les quartiers », explique Gilles Déterville. Une gratuité des transports souhaitée également par Aurélien Guidi et Philippe Velten, pour qui « c’est la moindre des choses » et parce qu’« il faut changer de paradigme du tout voiture ».

Mais la gratuité n’est pas la solution pour le maire sortant. « Si on veut renforcer l'usage des transports en commun au nom de la transition écologique, on ne peut se priver de recettes, qui sont de 12 millions par an ». Une gratuité écartée également par la candidate d’extrême-droite.

De même, Rudy L’Orphelin n’est pas favorable à une gratuité généralisée. Il rappelle que sa priorité c'est améliorer la qualité du transport en commun : « réengager des investissements pour, à la fois, améliorer le réseau de bus sur des voies réservées prioritaires avec des fréquences augmentées et des horaires garantis, et relancer le projet de tramway est-ouest et notamment desservir notamment le quartier du chemin de vert. »  En soulignant que « cela n'interdit pas des gratuités partielles, pour les moins de 26 ans et les plus modestes. » 
 

La place de la République a fait de nouveau polémique

La polémique a de nouveau suscité une vive discussion sur la question des arbres mais aussi de la vente à cet espace à un promoteur privé pour une halle gourmande, projet défendu par Joël Bruneau. « Un projet mal engagé » pour Gilles Déterville, « mal ficelé » pour Rudy L’Orphelin qui souhaite arrêter immédiatement ce projet s’il est élu quand le candidat socialiste lui, proposera un référendum.

En évoquant « ce machin », le candidat socialiste assure que « beaucoup de Caennais craignent ce mastodonte », et que « c’est une atteinte à l’environnement et au patrimoine ». Aurélien Guidi et Rudy L’Orphelin vont plus loin en souhaitant « re-végétaliser cet espace ».
« Moi mon obsession, c'est que le centre-ville de Caen se remuscle au détriment de la périphérie. Que serait aujourd'hui le centre commerçant si à l'époque, l'ancien maire Jean-Marie Girault, n'avait pas vendu l'ancienne gare routière à la FNAC et si elle s'était installée à Mondeville ? » a-t-il lancé à ses opposants en guise de défense ?


Le Palais des Sports, la marque du maire ?

C’est ce que pense Pierre Cassevitz. Mais le maire s’en défend. « Ce Palais des Sports était indispensable car celui qu’on a actuellement a 70 ans. Ma préoccupation n’est pas de laisser ma marque mais de développer le sport. »
Le point qui semble cristallise l’opposition est celui de l’emplacement de cet équipement. « Près du zénith, du stade d’Ornano, du Parc expo et de la future caserne des pompiers. Donc certains soirs, cela pourra être très compliqué ! », note Gilles Déterville. Le candidat EELV avance des arguments plus écologistes : « il sera situé sur une zone naturelle avec des reliques de haies bocagères. »
Quant à la candidate Rassemblement national, qui ne se dit pas opposé à priori, elle dit regretter l’esthétisme : « Cela ressemble à deux galettes posées l’une sur l’autre. »

 

Le regard de Chaunu sur le débat

Le dessinateur humoriste et caricaturiste Emmanuel Chaunu était sur le plateau pendant notre débat sur Caen. Voici ci-dessous une sélection des dessins qu'il a croqués pendant l'émission. 
© Chaunu / France 3 Normandie
© Chaunu / France 3 Normandie
© Chaunu / France 3 Normandie
© Chaunu / France 3 Normandie
© Chaunu / France 3 Normandie
© Chaunu / France 3 Normandie
© Chaunu / France 3 Normandie
© Chaunu / France 3 Normandie
© Chaunu / France 3 Normandie
© Chaunu / France 3 Normandie
© Chaunu / France 3 Normandie
© Chaunu / France 3 Normandie
© Chaunu / France 3 Normandie
© Chaunu / France 3 Normandie
© Chaunu / France 3 Normandie



7 candidats à la mairie de Caen 


Maire sortant, Joël Bruneau apparaît comme le favori à sa propre succession. Dans une ville historiquement marquée centre-droit, il ne semble pas avoir commis d'impair suffisamment rédhibitoire durant sa mandature pour être la cible d'un vote contestataire. A 56 ans, il se présente pour un deuxième et (en principe) dernier mandat, afin de poursuivre la relance économique et le relooking du centre-ville.

C'est surtout sur ce second aspect qu'il est critiqué par son opposition, qui a émis de vives critiques sur la rénovation de l'hypercentre, du boulevard Leclerc à la place de la République.

Pour le Républicain, le principal danger vient de la liste écologiste de Rudy L'Orphelin. Déjà candidat en 2014, l'ancien adjoint de Philippe Duron a rassemblé large à gauche, s'alliant notamment avec Xavier Le Coutour. Toutefois, ces deux élus n'ont pas réussi à rallier à leur cause le socialiste Gilles Déterville, malgré une claire convergence des idées.

Cela dit, par le jeu du report des voix, un possible deuxième tour pourrait s'avérer serré. D'autant plus que trois autres listes de gauche sont aussi sur la ligne de départ. Philippe Velten (Caen l’Insoumise), Aurélien Guidi (Caen en commun) et Pierre Casevitz (LO) veulent se jauger au suffrage des Caennais. Ce trio n'a quasiment aucune chance de se retrouver au second tour mais leurs voix cumulées pourraient faire basculer la balance.

Enfin, le Rassemblement National porte une liste. Nouvelle venue dans le paysage politique local, Isabelle Gilbert veut surfer sur le score encourageant du parti de Marine Le Pen lors des dernières élections législatives dans la capitale bas-normande (14%). L'idée n'est pas tant de remporter la mairie mais surtout d'entretenir la flamme, à deux ans de la Présidentielle.

Les thèmes abordés lors de la campagne municipales caennaise


L'écologie est au cœur des débats. Les opposants de Joël Bruneau l'ont déjà attaqué sur l'abattage des arbres de la place de la République. Ce à quoi l'édile caennais a répondu qu'il avait planté deux fois plus d'arbres (4000) que son prédécesseur. Également dans le bilan des six dernières années, les pistes cyclables. Elles se sont développées à Caen, qui est arrivée dans le top 5 des villes françaises vélo-friendly. Le Rassemblement National veut protéger davantage les cyclistes. 

Pour lutter contre le tout-voiture, Déterville, Velten et Casevitz envisagent la gratuité des transports en commun. C'est l'un de leurs désaccords avec L'Orphelin, pourtant représentant Les Verts, qui se questionne sur le financement d'une telle mesure. Au RN, pas d'ambiguité, on est contre, de peur que la gratuité cache une augmentation ailleurs.

La problématique du logement est aussi une priorité pour nombre de candidats. L'Insoumis Velten veut réhabiliter les logements des quartiers populaires et permettre des projets de rénovation thermique. Le socialiste Déterville le rejoint dans cette idée, dénonçant les 6 000 logements vacants au sein de la ville. La question des squats de réfugiés sera aussi prégnante dans les débats, alors que les réquisitions sauvages se multiplient depuis la fermeture du squat du Marais
 



Et aussi...

Joel Bruneau veut remettre le cinéma au centre du village. Le maire LR souhaite qu'un cinéma art et essai prenne place dans le centre commercial controversé de la place de la République. 

La liste de Gilles Déterville propose un référendum d'initiative communale, qui pourra être déclenché à partir de 2600 signatures, soit 5 % du corps électoral.

Philippe Velten souhaite la réquisition des locaux communaux pour héberger les SDF. 

Rudy L'Orphelin veut étendre l'offre de transport avec la construction d'une ligne de tramway est-ouest et l'augmentation de 40% des dessertes de bus. 

Caen en chiffres


La ville aux 100 clochers compte aujourd'hui un peu plus de 105 354 habitants.

Avec un budget important (près de 194 000 000 d'euros), mais contraint, le futur maire de Caen va devoir trouver les solutions pour stopper l'exode de sa population. La ville a en effet perdu 9 000 habitants en 20 ans.

Le taux de chômage (établi au troisième trimestre 2019) est de 8,10%

Retrouvez tous nos articles sur les municipales 2020 avec notre carte interactive


Agrandissez notre carte en cliquant sur le menu en haut à gauche de la carte et retrouvez nos articles en un clic sur les communes de votre choix !
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter