"On montera à la force des bras" : Antoine Aoun, athlète en fauteuil roulant, va escalader le Kilimanjaro

L'athlète caennais, habitué des défis sportifs extrêmes, est parti le 8 décembre 2023 escalader le plus haut sommet d'Afrique, dont le point culminant est à 5 900 mètres d'altitude.

C'est un habitué des défis extrêmes qui va s'élancer vers l'un des plus hauts sommets du monde. Antoine Aoun, 62 ans, s'apprête à gravir en fauteuil roulant le Kilimanjaro, la plus grande montagne africaine, dont le point culminant s'élève à 5 900 mètres. Il s'élancera en début de semaine.

Un véritable aventurier

L'athlète, résident à Caen (Calvados) depuis 40 ans, se décrit comme un "paraplégique et aventurier". En 2015, il avait été accueilli par 200 personnes à l'arrivée de son voyage entre Pékin et Caen en handibike, un vélo qui fonctionne à la force des bras. Il venait de parcourir 12 000 kilomètres en huit semaines, traversant deux continents.

Déjà à l'époque, il n'en était pas à son coup d'essai. Le palmarès de ce restaurateur de profession est impressionnant : tour de France, d'Europe et d'Australie en handibike, traversée des États-Unis, saut en parachute et voyage en pirogue sur la Méditerranée ne sont que quelques-unes de ses aventures, répertoriées sur son site.

Un habitué des défis extrêmes

Depuis qu'il est devenu paraplégique à l'âge de 18 ans suite à une blessure, il a réalisé près d'une quinzaine de défis sportifs. Le dernier en date est un grand trail au Mexique, organisé en 2017.

La montée du Kilimanjaro, "c'est dans la continuité de tout ce que j'ai fait auparavant", résume Antoine Aoun. "Ça devait se faire en 2019, mais il y a eu le Covid".

C'est dans la continuité de tout ce que j'ai fait auparavant.

Antoine Aoun, athlète handisport

à France 3 Normandie

Le départ vers la Tanzanie, où se trouve le sommet, a eu lieu le 8 décembre et le début de la course vers le sommet est fixé au début de la semaine du 11 décembre. L'athlète était donc très occupé par les préparatifs durant tout le début de décembre.

Les dernières semaines ont été occupées par le perfectionnement des fauteuils, des tests physiques en condition de froid et la préparation de l'équipement.

"À la force des bras"

Il sera accompagné jusqu'en haut du Kilimanjaro par Edward Maalouf, un cycliste handisport libanais également en fauteuil, Jérôme Ledieu, son kinésithérapeute, son ami caennais Christophe Guillouet et par quatre porteurs. "À certains endroits où il y aura des rochers à monter, on sera portés. Le reste du temps, on montera à la force des bras, anticipe Antoine Aoun, assez serein. On va découvrir ça sur place."

"La montée en elle-même, par la route que nous avons choisie, devrait durer cinq jours", décrit l'athlète.

C'est très pentu. On va passer 1 850 à 5 900 mètres d'altitude en l'espace de 35 kilomètres.

Antoine Aoun, athlète handisport

à France 3 Normandie

La troupe en reviendra avec des souvenirs, mais aussi un film, qui sera diffusé sur la chaîne YouTube d'Antoine Aoun, comme plusieurs de ses défis auparavant. Conférencier occasionnel en "motivation et gestion du changement", l'aventurier ne manquera pas de restituer son aventure. "Ce que je raconte dans mes conférences, c'est du vécu !", lance-t-il. Le départ vers le Kilimanjaro en atteste encore une fois.