• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Soupçon de matchs arrangés en ligue 2 : l'ancien président du SM Caen condamné à 15 mois de prison avec sursis

Jean-François Fortin, l'ex président du Stade Malherbe de Caen, au tribunal correctionnel de Paris
Jean-François Fortin, l'ex président du Stade Malherbe de Caen, au tribunal correctionnel de Paris

Plusieurs matchs de ligue 2 disputés par le club de Nîmes en 2014 étaient soupçonnés d'avoir fait l'objet d'arrangement. Parmi les personnes mises en cause dans le dossier figurait Jean-François Fortin. L'ancien président du Stade Malherbe a été condamné ce jeudi à 15 mois de prison avec sursis.

Par CM

"Je n'ai jamais été un tricheur. On se fout de moi ! Je ne peux pas supporter ça. Comment aurais-je pu être acheté pour trois bouteilles de vin ?Malgré ses larmes et ses dénégations, Jean-François Fortin n'aura pas su convaincre les juges. Trois mois après avoir été évincé de son fauteuil par les autres actionnaires du club, l'ancien président du Stade Malherbe de Caen est ce jeudi condamné pour des faits remontant à la saison 2013-2014.

L'ancien patron du club normand était l'un des neuf protagonistes du dossier des soupçons de matchs arrangés en ligue 2, un dossier dont la clé de voûte est le Nîmes Olympique (toutes les rencontres entachées de soupçons impliquaient le club sudiste). Le tribunal correctionnel de Paris l'a condamné ce jeudi 13 septembre pour corruption passive à une peine de 15 mois de prison avec sursis et 15 000 euros d'amende, une peine plus lourde que celle requise en juin dernier lors du procès (12 mois avec sursis avaient été requis).   

Les avocats des parties civiles représentant le monde du football (LFP, FFF et UCPF) avaient pourtant estimé lors de l'audience qu'aucun élément ne démontrait la responsabilité de Jean-François Fortin dans le score nul du match Caen-Nîmes, un score qui permit au club normand de retrouver la ligue 1 et au club sudiste d'éviter la relégation. Mais le dossier contenait également plusieurs écoutes téléphoniques qui semblaient confirmer la thèse d'un arrangement entre les deux clubs pour parvenir à un score nul.

Les principaux protagonistes de cette affaire, les anciens propriétaires du Nîmes-Olympique, Jean-Marc Conrad et Serge Kasparian, ont quant à eux été condamnés à 18 mois de prison avec sursis. L'ancien directeur de la sécurité du Stade Malherbe de Caen, Kaddour Mokkedel, a été condamné à 8 mois de prison avec sursis pour complicité de corruption passive.
 

Sur le même sujet

Leprévost et Staut/ parcours à Rotterdam le 23/08/2019- Images FEI

Les + Lus