VIDEO. Réforme des retraites : paroles de femmes en colère dans les rues de Caen

durée de la vidéo : 00h01mn59s
Les femmes seraient-elles les grandes perdantes de la réforme des retraites ? ©F3 Normandie

Pour cette troisième journée de mobilisation, nous avons choisi de donner la parole aux femmes qui pourraient être les grandes perdantes de la réforme voulue par le gouvernement. Non seulement elles quittent la vie active plus tard que les hommes et ont des pensions plus basses, mais elles pourraient être pénalisées davantage.

Selon la DRESS, la Direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques, les femmes partent en moyenne avec des pensions inférieures de 40% à celles des hommes. Elles sont aussi plus nombreuses à percevoir une pension de retraite minimum. Pourquoi ? Parce qu'elles ont souvent des carrières hachées et moins rémunératrices, parce qu'elles ont fait souvent du temps partiel pour pouvoir s'occuper des enfants.

La réforme n'efface pas ces inégalités. Elle les aggrave. En passant l'âge légal de départ à 64 ans au lieu de 62 ans aujourd'hui, cela efface mécaniquement les trimestres validés au titre de la maternité. Et ce n'est pas tout., la question sensible du maintien des séniors en emploi est aussi celle des femmes : 45 % des nouvelles retraitées étaient sans emploi pour 35% des nouveaux retraités.

Lors de cette troisième journée de manifestation dans les rues de Caen ce 7 février 2023, Kanwaljit Singh et Pauline Latrouitte ont donné la paroles à des femmes.