Déconfinement : les taxis de Caen privés de Débarquement

La galère continue pour les taxis Caennais. Comme leurs collègues des autres grandes villes Normandes , ils ont souffert du Confinement imposé par le Covid-19. Depuis le 11 Mai dernier, ils ont pu reprendre leur activité mais le client se fait rare et le mois de Juin s'annonce morose.

illustration cérémonie sur la plage de Utah Beach
illustration cérémonie sur la plage de Utah Beach © Marc OLLIVIER/PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
C'est le mois le plus important de l'année pour les taxis Caennais. Juin est traditionnellement synonyme de chiffre d'affaire important avec les commémorations du débarquement et les nombreuses manifestations organisées autour.

C'est le meilleur mois de l'année
Marc Deshayes, chauffeur de taxi du groupement Les Abeilles

Chaque année , à cette période, le chiffre d'affaire des taxis Caennais grimpe de 30% avec l'arrivée en masse des touristes sur les plages du débarquement. Malheureusement, pour ce mois de Juin post-déconfinement les choses s'annoncent mal.

les touristes anglais, américains ou canadiens ne seront pas là  
Marc Deshayes des Taxis Abeilles de Caen.

Une catastrophe car ils représentent presque 100% des touristes qui font appel aux taxis pour se rendre d'un site à un autre. 
Les 70 artisans indépendants, réunis au sein du groupement des Taxis Abeilles, proposent 5 circuits touristiques autour des plages du débarquement et des musées dédiés au DDay. Les chauffeurs bilingues ne sont pas des guides, mais ils transportent les clients sur les différents sites. Arromanches, le cimètière americain, la pointe du Hoc, Sainte-Mère-Eglise, les balades en taxi peuvent durer de 2h30 à 7h et rapporter de belles courses.


Un chiffre d'affaire non négligeable pour les "jeunes taxi" qui débutent dans la profession et qui ont des charges très lourdes a supporter.
Pour se lancer dans le métier, il faut en effet "acheter" un droit de place, communément appelé licence. Un investissement important qu'il faut financer avec un emprunt sur 7 ans maximum. 

Pour le mois de Juin et les mois d'été, on ne sait pas ce qui va être fait en matière d'aides , on n'a aucune visibilité

les caisses sont vides après deux mois de confinement


La période de confinement qui s'est achevée le 11 Mai dernier a mis la profession sur les jantes. A Caen, les taxis du groupement Abeilles ont réalisé sur le mois d'Avril 3600 courses, contre 15.000 pour la même période en 2019.
Les aides de l'Etat et le report des emprunts ont permis de tenir le coup et de payer les charges seulement.

 

Sur ces deux mois, on N4a pris aucun salaire 
Marc Deshayes 

Et le déconfinement n'a pas apporté pour le moment la reprise espérée. A la gare de Caen, quand un train du matin arrive de Paris, les taxis n'embarquent que trois au quatre clients, soit dix fois moins qu'avant l'apparition du Covid.

Un constat que font également les taxis Rouennais  

On est très inquiets ! On attend toute la journée pour finalement gagner des miettes. Mercredi, au standard des Taxis Jaunes, entre 19 et 22 heures, on a eu aucun appel ! Aucune course sur toute l'agglomération !

François Deloignon, président des Taxis Jaunes Rouen métropole

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
taxi économie transports les commémorations du dday culture histoire débarquement dday
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter