Des clous "Ici commence la mer" installés à Villerville contre la pollution des eaux

La commune de Villerville située dans le Calvados déjà profondément investie pour l’environnement a rejoint une campagne de sensibilisation lancée en 2017 dans les Pyrénées Orientales. Objectif, alerter sur des gestes parfois quotidiens dévastateurs pour la mer.

Villerville poursuit son engagement environnemental en installant 16 clous près des bouches d'évacuations des égouts pour sensibiliser à la pollution de la mer, le 25 avril 2021.
Villerville poursuit son engagement environnemental en installant 16 clous près des bouches d'évacuations des égouts pour sensibiliser à la pollution de la mer, le 25 avril 2021. © FTV

Il y a les mégots jetés négligemment sur le trottoir lors de la pause clopes, d’autres dans la précipitation sur le parvis du lycée avant de rentrer en cours sur les coups de la sonnerie, ou encore ceux directement envoyés dans une bouche d’égout, l’auteur persuadé que c’est déjà mieux que ce que font les autres. Voilà une partie des pratiques parfois quotidiennes que la campagne "Ici commence la mer" à laquelle Villerville a adhéré vise à faire évoluer.

On est très fiers d’avoir des plages labellisées propres au niveau européen et il faut faire en sorte qu’elles le restent pour les habitants et pour que la ville reste attrayante. Poursuivre cette démarche d’améliorer la qualité de l’eau était évident. L’idée est de faire comprendre aux gens que chaque papier jeté, chaque mégot, représente un début de pollution et qu’il faut déployer beaucoup d’efforts derrière pour restaurer la situation.

Germain Lelarge, adjoint au maire Villerville en charge de l’environnement

Pour se faire 16 clous sur lesquels sont gravés "Ne rien jeter, ici commence la mer" ont été installés près des égouts de la ville. Car si le village de pêcheurs, qui gonfle de 600 à 6000 âmes en période estivale, dispose déjà d’un bassin tampon entre les eaux pluviales et les rejets en mer, la mairie souhaitait aller encore plus loin dans sa politique environnementale pour lutter contre des incivilités persistantes. "Certes, chez nous les eaux pluviales ne se déversent pas telles quelles dans la mer, mais l'accumulation évitable de ces déchets demande plus d’entretien, plus d’argent et ces efforts rejaillissent sur les impôts de tout le monde", expose l’adjoint au maire du village en charge de l’environnement, Germain Lelarge.

Une initiative lancée en 2017

Villerville, accompagnée de Dieppe, rejoignent ainsi un mouvement lancé en France en 2017 par Philippe Cortade. Le maire de Collioure, commune littorale de près de 2500 âmes, dans les Pyrénées Orientales s’était inspiré d’une initiative venue d’Australie.  13 plaques avaient été scellées à cotés des bouches d’évacuation des eaux pluviales dans la ville où les incivilités forçaient la commune à interdire la baignade lors d'épisodes de fortes pluies en raison d’eaux trop polluées. De nombreux territoires à travers l’Hexagone (Pouliguen en Loire-Atlantique, le Bassin d’Arcachon en Gironde) avaient rapidement suivis.

Si un seul reste de cigarette pollue près de 500 litres d’eau, le message n’est pas seulement adressé aux fumeurs. Dans des endroits non pourvus d’un bassin tampon, le seau rempli de produits ménagers ayant servi pour laver le sol ou les fenêtres, que l’on vide sur le pas de sa porte plutôt que dans son évier (rattaché lui à une station d'épuration NDLR) est également une pratique qui peut poser problème. Liquides ou solides, quelle que soit leur forme, ce sont autant de déchets qui finissent dans les égouts portés par le vent ou après ruissellement et finiront dans la mer ou sur les plages.

La pollution des mers et océans en chiffres

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement mer nature pollution