A Honfleur, l'installation de gens du voyage fait polémique

Publié le Mis à jour le
Écrit par Julien Elie

Depuis quelques jours, une colonie de gens du voyage s'est installée, illégalement, à proximité du pont de Normandie à Honfleur. Ce terrain est une zone naturelle protégée que les associations écologiques défendent. Or la ville ne dispose pas d'aire d'accueil. Discorde.

C'est une véritable patate chaude que se renvoient élus, associations écologiques, et gens du voyage. Depuis quelques jours et pour deux semaines, des caravanes de gens du voyage se sont installées non loin du pont de Normandie à Honfleur. Problème: ce terrain fait parti d'une zone naturelle protégée. Les acteurs concernés s'adonnent à une véritable partie de ping-pong.

  • Les associations écologiques en premier. Pour elles, ces 4 hectares font partis d'une zone plus large de 400 hectares qui doit revenir au conservatoire du littoral. Une action en justice va même être lancée en ce sens. 
  • Les gens du voyage, à travers leur coordinateur, insistent pour que la ville applique la loi et dispose d'une aire d'accueil digne de ce nom.
  • Ce à quoi, les autorités locales et le maire d'Honfleur, Michel Lamarre (SE), répondent qu'un projet est en cours justement sur cette zone de 4 hectares.
Bref, vous l'aurez bien compris, on tourne en rond. L'association Estuaire SUD ne veut pas de l'aire d'accueil sur ce site. Pour le moment, la mairie a demandé ce terrain à l'Etat et joue les pompiers avec les associations écologiques.

Reportage de Pierre-Guillaume Creignou et Marc Moiroud

Intervenants:

-David Vincent, coordinateur national des gens du voyage
-Claude Blot, président de l'association Estuaire SUD
-Michel Lamarre, Maire d'Honfleur (sans étiquette)

durée de la vidéo: 01 min 55
Honfleur/gens du voyage: le terrain de la discorde

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.