VROUM. La mythique DeLorean DMC-12 de Retour vers le futur à Honfleur

Publié le
Écrit par Olivier Couvreur avec Laurent Quembre

À Honfleur, dans le Calvados, la mythique DeLorean DMC-12, voiture légendaire du film "Retour vers le futur", est restaurée par deux passionnés : Joffrey et Pascal. Leur atelier est devenu un véritable temple de cette voiture "star" qui a une place particulière dans l'histoire du cinéma mais aussi dans la culture geek.

Faut voir grand dans la vie, quitte à voyager à travers le temps au volant d’une voiture, autant en choisir une qui ait d’la gueule !

Dr. Emmett Brown

Retour vers le Futur de Robert Zemeckis

On pourrait jouer à un jeu de devinettes autour de cette voiture mythique du cinéma des années 80’s et connue de tout bon geek qui se respecte… Premier indice ? Une carrosserie en inox… 2e indice, un skate… 3e indice, un Doc un peu fou sur les bords… bien sûr vous avez compris, on parle du film « Retour vers le futur » et la voiture, c'est la DeLorean DMC-12 qui permet de voyager dans le temps !

Direction Honfleur, dans le Calvados, où cette voiture de légende est restaurée par des passionnés. Ici, l’atelier WMC Honfleur créé par Joffrey Dragotta et Pascal Bomy est un peu devenu l'atelier spécialisé de la DeLorean.

Notre atelier c’est un peu le «temple» de la DeLorean en Normandie et même en France. Ici tu peux venir avec une «sortie de grange» et repartir avec une voiture restaurée.

Joffrey Dragotta, Atelier WMC Honfleur

Mais avant de découvrir comment ces deux passionnés refont des DeLorean (parce que c'est très particulier), le présentateur de Vroum Laurent Quembre a eu la chance de faire un petit tour sur le siège passager et de livrer quelques impressions sur la voiture en mode roulant.

La DeLorean sur la route : un voyage intemporel... ancré dans le passé

"Finalement, Joffrey, on n’est pas mal installés dans cette voiture, on est même très bien en fait !" se surprend à dire Laurent. Joffrey analyse la position de conduite et passager, qu’il trouve "assez agréable, on est un peu allongés, les coudes sont posés". Le petit levier de vitesse, très court, fait un peu sport mais le spécialiste nuance tout de suite que "c'est vraiment le seul truc qui fait sport, la DeLorean, c’est pas un foudre de guerre". Mais pour lui qui s’arrête "vraiment que pour remettre du carburant", cette voiture a l’avantage qu’il ne ressent "pas de fatigue au volant". Petit détail appréciable noté par Laurent : "on a la clim" dans la DeLorean ! C’est certes un bon point surtout quand on voit la taille des fenêtres que Joffray appelle plutôt des "meurtrières".

Et côté conduite ?  "C'est plutôt facile à conduire hors de la ville, mais il n’y a pas la direction assistée, c'est un petit peu physique… L'embrayage, le frein… c'est un peu dur, il ne faut pas hésiter à y aller. Donc ça peut être un peu fatiguant mais quand tu fais de la route ça se conduit avec 2 doigts, vraiment…"

Je suis tombé sur ce modèle par hasard sur un site de vente américain et je suis tombé amoureux.

Joffry Dragotta, Atelier WMC Honfleur

Joffrey a acheté cette DeLorean par hasard. "Je voulais une Ford Mustang rouge 66 Cabrio et je suis tombé sur ce modèle par hasard sur un site de vente américain et je suis tombé amoureux. Voilà, j'adore les portes papillons, les 300SL, les voitures qui ont un peu de « gueule » comme on dit… Cette DeLorean, c'est plutôt elle qui m'a trouvé plutôt que l'inverse."

A-t-il choisi cette voiture parce qu'elle était dans le film « Retour vers le futur » ? Réponse de l’intéressé : "Absolument pas, justement ! J'avais un vague souvenir d'enfance, mais je n’étais pas geek ni addict au film."

Pourquoi l'équipe du film « Retour vers le futur » a choisi une DeLorean

Ben oui au fait, pourquoi les réalisateurs ont-ils choisi cette DMC-12 pour le film ?

Ils ont opté pour cette DeLorean parce qu’elle a un look assez sympa, il y a les portes papillons, une carrosserie qui peut bien rendre aussi, puis un peu customisé ça fait véhicule qui voyage dans le temps. En plus c'était une voiture déjà has-been à l’époque (la marque avait coulé quelques années plus tôt) et ça collait bien au personnage un peu déchu de Doc, fin de carrière et has-been.

Joffrey Dragotta, Atelier WMC Honfleur

Anecdote sympa racontée par Joffrey, la DeLorean aurait bien pu ne pas faire partie du casting, ni aucune autre voiture d’ailleurs : "Dans l’histoire, à la base, ça ne devait pas être une voiture, ça devait être un frigo", raconte le Normand.  "Evidemment ils ne l'ont pas fait parce qu'ils se sont dits que les gamins allaient vouloir reproduire les scènes de voyage dans le temps et avec un frigo ils risquaient d'avoir quelques mauvaises surprises… donc ils ont laissé tomber cette idée et ils ont essayé de trouver un véhicule qui pourrait correspondre au personnage de Doc", un savant fou qui a dilapidé tout l'héritage familial pour faire des inventions et des choses qui ne fonctionnaient pas, et "ils ont opté pour cette voiture là parce que elle a quand même un look assez sympa (...) Et ils ont pris cette voiture là pour ça."

Une courte carrière de… 2 ans seulement

La DeLorean DMC-12 est une voiture qui a été produite pendant 2 ans seulement, entre 1981 et 1983, par la DeLorean Motor Company (DMC). C’est d’ailleurs l’unique modèle fabriqué et commercialisé par le constructeur américain. "On estime qu'il reste à peu près 6.000 DeLorean roulantes dans le monde. En France, il y a à peu près 140 voitures, dont la moitié à peu près de roulantes", précise Joffray.

Les dessous et le charme de la DeLorean

Retour à l'atelier où l’on découvre les secrets de la DeLorean avec Pascal Bomy qui connaît toutes les particularités de cette voiture, à commencer par la carrosserie. "La carrosserie est effectivement particulière. Elle est en fibre de verre avec un procédé d'injection assez complexe qui était, je crois, mis au point en partie pour ce véhicule. Ensuite, ce sont 2 demi coques qui sont assemblées, et l'inox en fait c'est la finition, c'est la décoration. Mais la voiture ne rouillera pas". Et quel effet ! Mais avec un bémol propre à ce matériau : "c'est qu’il faut l'astiquer". "Avec l’inox, on a des tâches assez facilement, mais c'est vraiment bien avec le brossage, notamment parce que ça fait un effet de reflet", précise-t-il.

A préciser que le moteur de la DeLorean est à l'arrière. Le modèle présenté par Pascal dispose d’un moteur type PRV, c'est à dire un moteur "conçu par 3 constructeurs européens : Peugeot, Renault et Volvo". "À l’origine, il s’agissait d’un V8 90° et puis "choc pétrolier" oblige, il s'est retrouvé avec 6 cylindres, mais toujours avec ses 90°, ce qui n’en a pas fait dès le départ un moteur très simple à régler ni à faire évoluer", précise Pascal. 

Autre particularité de la voiture, ce sont ces fameuses portière- papillons totalement inspirées du système de la Mercedes 300 SL qui a fait énormément parler de lui et qui lui donne véritablement son charisme. Les roues aussi ont un beau rôle, avec des jantes magnifiques, un peu particulières parce que le diamètre et la largeur sont différents entre l'avant et l'arrière ».

J'avoue que l'inox, les portières et les jantes, ça lui donne un sex-appeal incroyable.

Pascal Bomy, Atelier WMC Honfleur

Alors combien coûte une DeLorean restaurée ? "Pour une fourchette large, comptez entre 50 et 60.000€" selon Pascal. Le prix d’un très beau voyage dans le temps… roulant.

VROUM, diffusé chaque samedi à 15h15 et 15h40 sur France 3 Normandie et en replay sur france.tv

Au sommaire de Vroum / épisode 5 diffusé le 05 mars à 15h15 :

  • L’atelier de Charly
  • L’histoire de la Coccinelle
  • La DeLorean DMC-12, une légende à Honfleur
  • Sur la route avec la Honda NSX Station 70 : les porte-clés publicitaires