Accusé de violences sur chevaux, le gendarme de la Garde Républicaine de Deauville relaxé

Le tribunal correctionnel de Lisieux a rendu sa décision hier. Jugé le 7 novembre 2023, le gendarme de la Garde Républicaine de Deauvile poursuivi pour "sévices graves ou actes de cruauté" sur des chevaux a été relaxé pour cette affaire. En revanche, il a été condamné à une amende avec sursis pour actes de violence sur une collègue.

Le jugement est tombé, mardi 5 décembre 2023. Le garde républicain, sous-officier de 41 ans basé à Deauville (Calvados), a été relaxé  pour "sévices graves ou actes de cruauté envers un animal domestique détenu".

Soupçonné d'avoir porté des coups

L'audience a eu lieu le 7 novembre 2023, neuf mois après la dénonciation des faits supposés. Ces derniers auraient été commis entre les mois d'août 2022 et de février 2023, à Saint-Arnoult, près de Deauville (Calvados), où se situe un détachement permanent de la Garde Républicaine.

Le gendarme était notamment soupçonné d'avoir porté des coups de fourche, de balais, des coups de pied pendant six mois à cinq chevaux de la Garde Républicaine dans les écuries ou en mission de surveillance. 

J'imagine qu'on doit pouvoir donner une petite tape sur le museau, sur le flanc d'un cheval pour qu'il s'écarte, un coup de fourche à l'envers sur un flanc sans que pour autant, ça constitue des violences.

Yves Jégo, avocat de la défense

Pendant l'audience, le gendarme a choisi de garder le silence avant de rejeter toutes ces accusations. Les associations de défense des animaux ont demandé entre 1 000 et 3 000 euros de dommages et intérêts.

Après deux heures de débat, l'avocat général a requis quatre mois de prison avec sursis et une interdiction de servir la garde républicaine pendant trois ans. Mais il n'a pas été entendu par le président du tribunal.

Condamné pour violence sur sa collègue

En revanche, l'homme a été condamné pour violence sur sa collègue à 600 euros d'amende avec sursis pour une main aux fesses. Cette dernière n'avait pas porté plainte.

Le militaire écarté de ses fonctions a été suspendu de son activité au poste à cheval de Deauville et ne travaille plus en contact avec les animaux.

Ce détachement de la Garde Républicaine est l'un des plus anciens créé en France. Il a pour mission d’assurer une surveillance de proximité lors des grands événements, notamment lors du 14 juillet et du Festival du cinéma américain de Deauville.