Un gendarme de la Garde Républicaine de Deauville jugé pour maltraitance sur des chevaux

Un gendarme de la Garde Républicaine soupçonné de maltraitance sur des chevaux sera jugé, ce mardi 7 novembre 2023, au tribunal correctionnel de Lisieux dans le Calvados.

Neuf mois après sa dénonciation, le militaire sera jugé devant le tribunal correctionnel de Lisieux (Calvados), mardi 7 novembre 2023, pour des soupçons de "sévices graves ou actes de cruauté" sur les chevaux de la Garde Républicaine.

"Et même des coups de fourche dans les flancs"

Des faits qui auraient été commis pendant plus de six mois entre les mois d'août 2022 et de février 2023 à Saint-Arnoult, près de Deauville, où se situe un détachement permanent de la Garde Républicaine.

Selon la procureure de Lisieux, interrogée par nos confrères de France Bleu Normandie il y a 15 jours, "des claques sur les naseaux et sur le ventre, des coups de pied, et même des coups de fourche dans les flancs" pourraient avoir été infligés. 

"À tel point, ajoute Delphine Mienniel, que certains chevaux s'écartaient sur le passage du gendarme mis en cause."

Un militaire de 41 ans

Le prévenu est un sous-officier de 41 ans, cavalier rattaché au Poste à cheval de Deauville. Il s'agit de l'un des plus anciens détachements de la Garde Républicaine créé en France, devenu permanent en 2022.

Sa mission consiste à assurer une surveillance de proximité lors des grands événements, comme par exemple lors du 14 juillet ou encore du Festival du cinéma américain de Deauville.

Poursuivi pour des actes de violence sur une collègue

En l'attente de son procès début novembre, le militaire a été suspendu de son activité et ne travaille plus en contact avec les animaux. L'homme est également poursuivi pour des actes de violence sur une collègue. 

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité