Lisieux. L'autopsie du principal de collège n'exclut aucune piste

L'autopsie du corps de Stephane Vitel, réalisée ce lundi 14 août 2023, à Caen, n'a pas permis de déterminer avec certitude les causes du décès du principal de collège, retrouvé mort, vendredi dernier, dans son établissement. Des analyses complémentaires ont été requises.

Toutes les hypothèses restent sur la table des enquêteurs. L'autopsie du corps de Stéphane Vitel, réalisée ce lundi 14 août 2023, à l'institut médico-légal de Caen, n'a pas levé les zones d'ombre sur les causes du décès du principal du collège Pierre Simon de Laplace de Lisieux (14). 

Le parquet de Caen précise dans un communiqué que l'autopsie "n'a pu ni exclure l'intervention d'un tiers, ni établir avec certitude une cause naturelle du décès". Des analyses toxicologique et anatomopathologique (il s'agit d'un examen qui consiste à étudier des tissus ou des cellules prélevés sur un patient pour repérer et analyser des anomalies liées à une maladie) ont été requises. 

Le mystère demeure

Si les premières constatations des enquêteurs ont permis d'identifier une trace d'effraction sur une porte secondaire du collège, aucun désordre n'a été constaté au sein de l'établissement. Jeanne Mailhos Vitel, la femme du principal, présente dans la voiture stationnée devant le collège le matin du drame, affirme avoir vu une "voiture partir en trombe" et "de la lumière à une fenêtre". L'enquête confiée à la police judiciaire de Caen ne fait que commencer. Les enquêteurs invitent toute personne détenant une information à appeler le 02/32/81/27/77. 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité