Après le choc de l'annonce, la solidarité envers les Ukrainiens s'organise. De nombreuses initiatives sont en cours: associations de pompiers, associations franco-ukrainiennes, particuliers, mairies. Ils ont besoin de matériels de camping, de produits d'hygiène, de barres protéinées, de paracétamol, ou de produits pour bébés.

"Plutôt que de rester tout le week-end assis devant ma télé à regarder les informations sur la guerre en Ukraine en boucle. Je me suis dit qu'il fallait faire quelque chose!", raconte un boulanger de l'Orne qui arrive chez Tatiana ce lundi matin, près de Caen, avec une camionnette chargée de dons.  Il a passé son week-end à recueillir tout ce qu'on pouvait lui donner dans son entourage.

De chez Tatiana partira en fin de semaine un transport vers Lviv, ville de l'ouest ukrainien, à 70 kilomètres de la frontière polonaise. Des affaires de première nécessité destinées aux habitants qui combattent, ainsi qu'aux civils. Sa collecte, initiative privée, connaît un véritable succès. Une surprise pour elle, qui va devoir maintenant organiser le rangement et la mise en carton avant le départ.

Alors que la guerre déclenchée par la Russie en Ukraine arrive à son cinquième jour, le choc de l'invasion est passé. En France et en Normandie, la solidarité s'organise. Très souvent, à l'origine, on retrouve des franco-ukrainiens prêts à tout pour aider les leurs mais pas seulement. Tous témoignent d'une grande vague d'empathie, autour d'eux. 

REVOIR. Emission spéciale "L’Ouest et l’Ukraine : une histoire de solidarité"

Présentée par Franck Besnier
Vendredi 4 mars à 09h50 sur France 3 Normandie et  France 3 Bretagne et en replay sur france.tv

La générosité s'installe partout

De partout naissent des initiatives et plus les jours passent, plus on en trouve près de chez soi. 

Ainsi, Gisors, dans l'Eure, organise depuis ce mardi 1er mars sa collecte sous l'impulsion de la municipalité. Mercredi 02 et 09 mars de 14h à 18h et vendredi 04 et 11 mars de 10h à 14h et de 18h à 21h, une campagne de collecte de dons aura lieu à la Salle Polyvalente, 78 rue du Faubourg de Neaufles.

Les mêmes listes de produits circulent : couvertures thermiques, sacs de couchage, plaids, oreillers; Serviettes hygiéniques, tampons, gels douche, dentifrice et brosses, couches, serviettes en papier, antiseptique, alcool, masques réutilisables et jetables; Fournitures d'habillement, tentes, lits de camp, serviettes en microfibre, sets de vaisselle réutilisables ; Piles, bougies, torches; Alimentation : eau, aliments instantanés, barres énergétiques, fruits secs, noix, conserves, pâtes, céréales instantanés.   

Le Secours Populaire lance un appel aux dons: l 'intégralité des fonds collectés en France soutiendra les actions de solidarité apportées par le Secours populaire et ses partenaires à la population ukrainienne réfugiée en Pologne, en Moldavie et en Slovaquie

A Cherbourg, une collecte de dons et son stockage sont gérés par   La Protection Civile, l’ASES et la Croix-Rouge.  Les habitants pourront donc déposer leurs dons à la salle des fêtes du lundi 7 au samedi 19 mars, du lundi au vendredi de 12h à 18h et le samedi de 10h à 13h. exemple des besoins:  rasoirs, mousses à raser, serviettes hygiéniques; gants à usage unique, masques chirurgicaux etc.

"Par ailleurs, la Protection Civile ouvrira d’ici la fin de semaine un compte bancaire spécial « Solidarité Ukraine Cherbourg »", explique le maire Benoît Arrivé.  

Autour de Caen

Ainsi des collectes ont commencé autour de Caen, certaines dès ce lundi. Elles ne demandent pas toute la même chose. 

-  Enfants de l'Ukraine, l'association présidée parTatiana Dehayes (française d'origine ukrainienne et professeur de Russe en lycée) se charge depuis plus de vingt ans de l'accueil d'enfants en France pendant les vacances et de parrainages.

Les lieux de collecte sont à Mathieu, près de Caen (2 chemin des Pépinières) de 11 h à 18H, jusqu'au mercredi 2 mars et au théâtre des Cordes à Caen (32, rue des cordes), de 10 heures à 20 heures. Mais aussi à  Hôtel de Ville d'Hérouville Saint-Clair, place François-Mitterrand, ouvert de 9h à 12h et de 13h à 17h.

Elle recherche des produits alimentaires de base (pâtes, riz, conserves, farine, sucre), des produits d'hygiène, des couches pour bébé, des médicaments (paracétamol), des pansements, des antiseptiques, etc. Attention : pas de vêtements dans cette collecte. Un camion, venant de l'Orne, partira le jeudi 3 mars et ira jusqu'à la frontière polonaise où le centre La Nouvelle Vie basé dans la ville ukrainienne de LVIV assurera la livraison et la distribution aux habitants. Tatiana Dehayes travaille avec ces relais depuis longtemps et les connaît bien. 

- Pompiers Mission Humanitaires :  Attention de puis ce mardi 1er mars, les pompiers ont aussi besoin de dons numéraires. Leur appel est relayé par le maie de Caen, joël Bruneau. En effet, ils ont reçu énormément avant même que la collecte ne soit organisée. Et maintenant se posent des problèmes de logistique : comment acheminer tout ça ? Il faut financer des camions.

Afin de participer à cette opération de solidarité exceptionnelle, les Caennais sont invités à faire des dons sur le site de l'association des pompiers. Et ainsi à participer à l’effort commun de soutien

Joel Bruneau, maire de Caen

Pour donner quelques euros, il faut se rendre sur la page internet des pompiers humanitaires, dans la rubrique faire un don

Trois ONG Aides Actions Internationales Pompiers, Pompiers missions humanitaires et Pompiers de l'Urgence Internationale lancent donc  l'opération "Solidarité avec l'Ukraine" afin d'apporter des produits de première nécessité dans les camps de réfugiés en Roumanie et Pologne. C'est la seule collecte qui prend des vêtements.

Du 2 au 5 mars, ils recevront les dons à la caserne d'Ifs de 9h à 17h. Ils seront mercredi et jeudi au Leclerc de Caen, à mondeville2, au Carrefour d'Hérouville et Super U de Troarn. 

Ils ont besoin de vêtements chauds pour bébés, enfants et adultes, doudous, jouets, lait et couches pour bébés, produits médicaux (bandes, compresses, désinfectant, marques), couvertures, sacs de couchage, protections hygiéniques, coton, serviettes en papier, kits d'hygiène (brosses à dents, produits d'hygiène corporelle, lingettes nettoyantes), lampes torches. 

Le dons seront acheminés par camion via Lyon, jusqu'à la Roumanie et la Pologne. Pour des raisons sanitaires et de facilité de transport, les produits doivent être propres, en bon état et, dans la mesure du possible, mis dans des cartons.

- La Collecte de l'E2SE Business school 

C'est une initiative spontanée de l'une des collaboratrices de cette école supérieure de management à Caen, Valentyna Piquot, franco-ukrainienne. Elle et son mari, alors que son métier est d'abord celui de la vente et de la logistique, ont trouvé une association franco-ukrainienne de la région parisienne pour acheminer leur collecte. 
Il s'agit de l' Aumônerie Catholique Ukrainienne du Saint Esprit, à Saint Germain en Laye et c'est elle qui assurera le transport jusqu'à l'intérieur du pays le week-end prochain (6 mars 2022).  Elle espère passer par le couloir humanitaire qui est en train de se négocier. Elle est en contact permanent avec sa famille et amis qui sont à Kiev et dans des villes alentours. Elle a donc pu recenser ce qui est espéré sur place, en grande urgence.

En priorité sont donc souhaités : couvertures chaudes, sacs de couchage, tapis de randonnée, plaids, matelas, imperméables, oreillers, savon corporel, dentifrice et brosses à dents, couches et serviettes, rouleaux d’essuie-tout, antiseptiques, alcool, masques réutilisables et jetables, bandages, solutions désinfectantes, tentes, couchettes, chaudrons, serviettes en microfibre.
Pour s'éclairer dans les abris : piles, bougies, lanternes. Et pour s'alimenter: barres énergétiques, fruits secs, noix, conserves, vermicelles, céréales instantanées. ·      

Pour se soigner sont attendus : brancards, cathéters, gouttières, gants jetables, médicaments antidouleur en ampoules, paracétamol, seringues de 5ml et 10ml, matériel médical hémostatique, casques balistiques TOR-D, talkies walkies.  

La réception des dons se fait dans le hall de l'école supérieure E2SE située à la Colline aux Oiseaux, à Caen, près du rond-point du Super U.

Cette aide ira sur le terrain au plus près des gens. Les premiers jours j'étais dans la culpabilité de ne pas avoir fait sortir mes amis d'Ukraine, avant que ça ne commence. Mais je reprends espoir en voyant combien ils résistent sur place et l'Europe qui se mobilise

Valentyna Piquot, franco-ukrainienne de l'école E2SE business school

- La collecte du Père Stefan Fotache, recteur de la paroisse orthodoxe roumaine à Caen

Le Père Stefan Fotache, recteur de la paroisse orthodoxe roumaine à Caen organise une action de solidarité pour les réfugiés ukrainiens en Roumanie. "Les autres paroisses orthodoxes, catholiques et protestantes sont invitées à s'y associer", assure le Père Berthout du diocèse de Bayeux.

Le départ du camion pour acheminer l'aide est prévu le mardi 8 mars.

La nuit dernière des prêtres et des moines orthodoxes ont pu récupérer 800 femmes et enfants en Ukraine et les ont ramenés en bus, dans différents centres d’accueil dans le département de Suceava. Ils ramènent aussi à ceux qui restent en Ukraine du carburant et des produits nécessaires.

Père Stéfan Fotache, recteur de la paroisse orthodoxe roumaine à Caen

En ce moment, dans les centres d’accueil ils ont besoin de  produits alimentaires non-périssables (riz, huile, céréales, conserves de poisson et de viande, etc.), de médicaments pour traiter les rhumes (paracétamol, aspirine), pansements, couches de toutes les tailles (bébés et adultes séniors). Lingettes humides pour enfant, produits d’hygiène pour mères et enfants (shampoing, gel douche, savon, dentifrice, brosses à dents).
Des matelas 90, sacs de couchage, couvertures, oreillers, couettes, draps, serviettes. "Nous avons les moyens de transport pour acheminer au plus vite les produits de cette collecte vers la Roumanie, pour un premier envoi le 8 mars où nous pouvons envoyer entre 1,5 et 3 tonnes vers les départements de Suceava (ville de Radauti) et de Maramures (Baia-Mare et Vama Siret)."

D'autres transports seront organisés ultérieurement.

Autour de Rouen, l'accueil des réfugiés se prépare

La métropole rouennaise se tient prête à intervenir. "La Ville de Rouen va lancer une collecte de produits et équipements de première nécessité et d’hygiène, selon la liste communiquée par l’Ambassade d’Ukraine. Les modalités d’organisation seront rendues publiques très prochainement", explique Nicolas Mayer-Rossignol, son président et maire de Rouen. Ce lundi 28 février, il doit recevoir des représentants de la communauté ukrainienne pour évoquer l'aide à apporter et envisager le rapatriement des familles. 

Des familles qui voudraient se porter volontaires pour l'accueil de réfugiés quand ils arriveront en Normandie pourront se faire connaître auprès de la mairie. "Nous allons préparer l’accueil de réfugiés éventuels en appelant à la solidarité des familles  rouennaises. Afin de recenser les propositions d’hébergement, une adresse mail dédiée va être créée."

La Métropole rouennaise devrait voter le 1er Mars prochain un soutien financier exceptionnel. 

À VOIR. Emission spéciale "L’Ouest et l’Ukraine : une histoire de solidarité"

Présentée par Franck Besnier
Vendredi 4 mars à 09h50
à suivre sur France 3 Normandie et France 3 Bretagne

France 3 Normandie et France 3 Bretagne bousculent leur grille des programmes pour une émission spéciale de 52 minutes en direct ce vendredi 4 mars à 9h50, présentée par Franck Besnier.

Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, l’histoire s’écrit sous nos yeux et en partie dans nos journaux. Un peu partout en Normandie, les habitants se mobilisent, envoient des vivres, donnent de l’argent, s’organisent pour accueillir des familles de réfugiés. La solidarité se met également en place en Bretagne.

Pour en parler, Franck Besnier recevra :

  • Stéphane Grimaldi, en charge du Mémorial de Caen,
  • Mickaël Richomme, de l’association « Pompiers Missions humanitaires » du Calvados, qui organise le départ d’un convoi vers l’Ukraine,
  • Marina Yarotska-Jaquot, membre de l’association ornaise « les enfants de l’Ukraine »,
  • Lucie Berelowitsch, directrice du théâtre du Préau à Vire, en Normandie, d'origine russe. Elle est à l'initiative d'une pétition appelant à la solidarité et à l'accueil des artistes ukrainiens (en duplex).

Durant cette émission, Franck Besnier reviendra également sur l’émoi suscité par l’actualité en Normandie et en Bretagne.