Covid-19 : une accélération des contaminations ces derniers jours en Normandie, trois semaines après Noël

Les données de contamination au Covid-19 grimpent et se sont même accélérées ces cinq derniers jours, en Normandie, selon l'Agence Régionale de Santé. Les plus de 65 ans et la tranche des 20/29 ans sont particulièrement concernés.

Photo d'illustration- une personne testée
Photo d'illustration- une personne testée © Georges Robert/ Maxppp

Trois semaines après le réveillon de Noël, la hausse des contaminations redoutée dans cette période post-fêtes, se confirme. Nous sommes 3 semaines après Noël, et deux semaines après le Réveillon de la Saint-Sylvestre, le temps nécessaire, estimé par les épidémiologistes pour connaître l'impact de ces deux rendez-vous.

Deux département, la Seine-Maritime et l'Orne sont prêts à basculer dans l'orange. Dans la Manche, la progression de l'épidémie est galopante.

Au cours des 3 semaines passées, le taux d’incidence régional a progressé de plus de 60 points avec une accélération ces derniers jours. Le taux d’incidence est aujourd’hui de 166,6 : il était de 105,04 le 24 décembre et de 135,9 le 8 janvier.

Agence Régionale de Santé

 

Deux département prêts à basculer sous couvre-feu à 18H?

Alors que la semaine dernière, 25 départements ont été placés sous couvre-feu à 18 heures, avec l'obligation de se munir d'une attestation passée cette heure. Jean Castex avait lui-même fait remarquer lors de sa conférence de presse hebdomadaire que cette décision découlait du taux d'incidence dans ces départements. Tous était à 200 ou plus.

Alors qu'ils se situent en grande majorité à l'Est de la France et que la Normandie était jusque-là épargnée, l'Orne et la Seine-Maritime se rapprochent aujourd'hui de cette limite.

"A l’échelle départementale, le taux d’incidence approche désormais le seuil de 200 dans la Seine-Maritime et l’Orne", affirme l'ARS

 

La Manche : le nombre de cas augmente fortement

Depuis le 25 décembre, le nombre de cas a ainsi été multiplié par 1,8 en Normandie. C'est une moyenne. En regardant de plus près, la Manche a vu le nombre de cas se multiplier par 2,5.

Les cas ont doublé en Seine-Maritime sur la même période et nous ne sommes pas loin dans le Calvados (1,7). L’Orne et l’Eure sont un peu plus bas, à 1,3.

Les personnes âgées et les jeunes de moins de 30 ans sont particulièrment concernés.

Cette évolution est visible chez les plus de 65 ans, où l’incidence atteint 139,7 (contre 129,2 le 8 janvier), mais également chez les 20/29 ans avec un taux de 281,6.

ARS Normandie


Les hospitalisations augmentent elles aussi, avec 1 283 personnes hospitalisées pour COVID-19, contre 1 205 personnes, cinq jours plus tôt.

Le nombre de patients en réanimation est en légère hausse : 103 contre 98 le 7 janvier.

 

Plus de 15 000 personnes vaccinées en Normandie

Dans ce point bi-hebdomadaire institué depuis le printemps dernier, l'ARS Normandie inclut désormais les chiffres de la vaccination. 


Depuis le 4 janvier, la campagne mise en place dans la région a permis de vacciner 15 645 personnes parmi les publics prioritaires (soit 474 pour 100 000 habitants):

. Les personnes âgées en EHPAD ou en unité de soin de longue durée.
. L’ensemble des soignants de plus de 50 ans ou présentant des comorbidités.
. Les pompiers de plus de 50 ans ou présentant des comorbidités.
. Les aides à domicile de plus de 50 ans ou présentant des comorbidités.
. Personnes handicapées vulnérables prises en charge dans les foyers d’accueil médicalisés et les maisons d’accueil spécialisées

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société