Elections régionales: à Cherbourg, la gauche a crié victoire trop vite

A Cherbourg, certains ont cru à la victoire de la gauche un peu prématurément
A Cherbourg, certains ont cru à la victoire de la gauche un peu prématurément

Dans la cité du nord-Cotentin, bastion de la gauche, Nicolas Mayer-Rossignol est arrivé en tête. Mais ses supporters visaient plus haut et y ont cru l'espace d'un instant.

Par CM et JR

"Le fait que la Normandie reste à gauche, vous pensez bien que pour moi c'est un grand bonheur", déclarait en début de soirée ce dimanche Jean-Pierre Godefroy, sénateur PS de la Manche, alors que la mairie de Cherbourg bruissait de hourras et d'applaudissements. Mais une demi-heure plus tard, c'était la douche froide. Certes, Nicolas Mayer-Rossignol était bien en tête à Cherbourg, bastion de la gauche, avec 49,2% des voix dans un département qui a donné ses suffrages à Hervé Morin, mais la conquête de la Normandie réunifiée avait du plomb dans l'aile pour le président haut-normand.


Reportage de Jérôme Raguenau et Claude Leloche
Intervenants:
- Jean-Michel Houllegatte, maire (PS) de Cherbourg-Octeville
- Jean-Pierre Godefroy, sénateur PS de la Manche

Ambiance CHERBOURG

 

Sur le même sujet

Les + Lus