EPR de Flamanville : EDF propose trois scénarios différents pour réparer les soudure

De problèmes de soudure ont été détectés sur le chantier de l'EPR de Flamanville / © Charly Triballeau/AFP
De problèmes de soudure ont été détectés sur le chantier de l'EPR de Flamanville / © Charly Triballeau/AFP

Devant les parlementaires EDF est aller présenter son plan d'action pour réparer les soudures défectueuses sur la  cuve de l'EPR. L'opération est possible mais plusieurs scénarios sont à l'étude. Avant la fin de l'année, le coût de l"opération devrait être connu. 

Par AFP

Après le rappel à l'ordre de l'Autorité de Sûreté Nucléaire, il y a quelques semaines. EDF est allé plaidé le dossier de l'EPR devant les parlementaires.

Trois scénarios sont à l'étude pour réparer les soudures défectueuses sur des tuyaux de l'EPR de Flamanville (Manche), et le choix ne devrait pas intervenir avant plusieurs mois, a indiqué un responsable d'EDF mercredi lors d'une audition devant des parlementaires.

"Nous avons pris la décision d'étudier trois scénarios de remise à niveau, de les partager avec l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire), de regarder chacun d'eux, pour avoir une vision complète", a indiqué Xavier Ursat, directeur exécutif en charge des projets nouveau nucléaire d'EDF.
  

Planning et coût de l'opération seront connus fin 2019


"Ce n'est qu'une fois tout ça fait qu'on choisira le scénario, et ce n'est qu'alors qu'on communiquera sur le planning et le coût, donc probablement pas avant plusieurs mois", a-t-il ajouté, entendu avec les autres acteurs de cette affaire par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST).

    Le Décret d'autorisation de création de la centrale (DAC) prévoyant au plus tard une mise en service en avril 2020, "nous avons demandé la prolongation du DAC de Flamanville", a-t-il ajouté.

L'ASN a demandé en juin à EDF de réparer huit soudures difficiles d'accès, occasionnant un nouveau retard pour le chantier, alors que l'exploitant plaidait pour une réparation vers 2024 après mise en service du réacteur.

Pour traiter ces tuyaux, qui traversent l'enceinte du bâtiment de confinement du réacteur pour conduire la vapeur créée vers un autre bâtiment, EDF envisage soit de les extraire par l'extérieur du bâtiment, ce qui implique de démonter beaucoup d'éléments.
 
La 2e hypothèse implique d'intervenir par l'espace entre les enceintes, ce qui signifierait "travailler dans un espace confiné" et toucher à "des matériels sensibles sur lesquels on n'a pas le droit à l'erreur". Enfin, 3e possibilité, une "remise à niveau par l'intérieur grâce à un robot inséré dans la tuyauterie." 

    Le 1er scénario semblant avoir "la faisabilité la plus acquise", a juste dit M.Ursat.
 

Sur le même sujet

Les + Lus