"Ce matin dans l'Eure, c'est la République qui a été attaquée" : les politiques réagissent à l'attaque mortelle du fourgon

Les réactions sont nombreuses suite à l'attaque d'un fourgon et la mort d'agents de la pénitentiaire ce mardi 14 mai 2024 dans l'Eure. À l'Assemblée nationale, sur les réseaux sociaux, le monde politique réagit à ce braquage violent.

Depuis ce matin, le gouvernement réagit à cette impressionnante attaque d'un fourgon pénitentiaire au péage d'Incarville dans l'Eure, entraînant la mort d'agents pénitentiaire et la fuite d'un prisonnier.

À l'Assemblée nationale, une minute de silence a été observée. Le premier ministre Gabriel Attal s'est également exprimé avant la séance de Questions au gouvernement.  "Ce matin dans l'Eure, c'est la République qui a été attaquée, c'est l'ordre républicain qui a été pris pour cible, c'est notre justice, c'est le refus de l'impunité sur lesquels on a tiré".
 

À mon tour, au nom du gouvernement, en notre nom à tous, je veux leur rendre hommage. Notre peine, c'est celle de tout un pays choqué par cette attaque d'une violence inouïe, par la brutalité et par la lâcheté de ses auteurs".

Gabriel Attal - Premier ministre

Le président de la République s'est également exprimé sur son compte X, soulignant que "La Nation se tient aux côtés des familles, des blessés et de leurs collègues."

Les deux agents décédés laissent derrière eux une femme enceinte de cinq mois pour l'un, une femme et deux enfants pour l'autre.

En Normandie, le préfet de l'Eure a également tenu à présenter ses condoléances "aux familles des agents tués et son soutien à l’ensemble des agents pénitentiaires."

Le maire de Louviers (Les Centristes) est concerné par cette attaque, sa commune se situe à quelques kilomètres du péage d'Incarville. Il demande à la population de ne pas céder à la panique. Il rappelle qu'un dispositif de recherche des fugitifs est mis en place ainsi qu'une cellule de crise à la préfecture, afin de contrôler au mieux la situation.

Il adresse tout son soutien aux proches des victimes et s'émeut qu'on puisse mourir en faisant son métier. "On ne peut pas s'habituer à une telle violence, à une telle barbarie".

durée de la vidéo : 00h01mn05s
François-Xavier Priollaud, maire de Louviers, commune située à quelques kilomètres du lieu de l'attaque de fourgon, réagit à cette violence. ©France Télévisions

Le président du département de l'Eure a aussi publié un communiqué sur les réseaux sociaux afin de témoigner à son tour de sa solidarité. "Je suis glacé d'horreur par cet effroyable carnage", ce sont ses premiers mots. 

J'espère de tout coeur que le commando de tueurs qui a perpétré cette attaque sanglante sera rapidement arrêté.

Alexandre Rassaërt - Président du conseil départemental de l'Eure

L'opposition a réagi rapidement : Jordan Bardella, tête de liste RN pour les Européennes, a publié sur X son message de soutien peu après midi. "C’est avec effroi et une immense tristesse que nous apprenons l’attaque d’un véhicule de l’administration pénitentiaire à #Incarville"

Le député RN de la 3ème circonscription de l'Eure évoque, lui, le manque de moyens pour assurer le travail de la pénitentiaire en toute sécurité. 

durée de la vidéo : 00h00mn40s
Le député (RN) de la 3ème circonscription de l'Eure réagit à l'attaque de ce matin et souligne le manque de moyens de la justice et de la pénitientiaire pour empêcher ses opérations violentes. ©France Télévisions

Hervé Morin, président de la région Normandie, a tenu à souligner "le sang-froid du conducteur de bus Nomad qui se trouvait au péage à ce moment-là et qui a mis en sécurité les passagers."