Comment cet agriculteur a divisé par deux l'utilisation de produits phytosanitaires sans perdre de revenus

À Ailly dans l'Eure, Cyrille Savalle cultive des céréales en diminuant de moitié les produits phytosanitaires sans perdre d'argent. Il n'a pas perdu un centime alors qu'il pollue deux fois moins.

Cyrille Savalle cultive des céréales comme ses parents sur les terres où il a grandi, à Ailly dans l'Eure, à une différence près : en "repensant son système", il a diminué de moitié l'épandage de produits phytosanitaires, tout en conservant ses marges.

Après avoir diminué son usage d'intrants (engrais, herbicides, pesticides et fongicides) de 50%, son rendement a diminué de 15% mais ses marges brutes sont les mêmes qu'en conventionnel.

Pour passer en agriculture "intégrée", il faut "sortir de sa zone de confort, repenser son système, accepter de voir le rendement chuter, sortir du schéma classique", admet Cyrille Savalle.

300 tonnes de blé par an

Ce modèle, contrairement au bio ou à d'autres labels, n'impose aucun cahier des charges, à part "faire en sorte de ne pas avoir à se servir de produits chimiques ou en utiliser le moins possible".

Sur 90 hectares situés à 40 km au sud de Rouen, il produit 300 tonnes de blé à l'année, mais aussi du maïs, du colza, du sarrasin, de l'orge de printemps, des pois et du lin.

Financièrement, il n'a pas perdu un centime alors qu'il pollue deux fois moins : l'agriculteur de 53 ans se dégage en moyenne un SMIC par mois.

"Tout le monde parle du rendement, mais le nerf de la guerre ce sont les marges brutes", souligne Cyrille Savalle devant son écran d'ordinateur rempli de graphiques.

Comment fait-il pour ne pas perdre d'argent ?

La baisse de rendement est compensée par ses dépenses moindres en achat de "phytos". En conventionnel, cela représente 400 à 600 euros par hectare et par an (ha/an), seulement 300 pour Cyrille Savalle.

En 2012, les agriculteurs conventionnels et lui étaient à 1 400 euros de marge ha/an, en 2022, c'est 1 700 euros pour tout le monde.

La ferme Savalle fait aujourd'hui partie du réseau Dephy qui rassemble 3 000 exploitations agricoles en France engagées dans une démarche volontaire de réduction de l'usage des pesticides.

Mais sa transition a débuté il y a 20 ans : Cyrille Savalle reprend en 1998 la ferme de ses parents, arrivés sur l'exploitation en 1956 pour faire de l'élevage avant de "bazarder" le troupeau de vaches laitières pour produire des céréales en conventionnel.

durée de la vidéo : 00h00mn58s
{} ©AFPTV

"On est malheureux que ça n'inspire pas plus de gens"

En 2001, il commence à questionner le modèle qui consiste à apporter une réponse chimique à chaque problème et se tourne vers la réduction d'intrants.

Avec l'agronome et conseiller Bertrand Omon, ils entrevoient des moyens de lutte différents, et fondent un petit groupe d'une quinzaine d'agriculteurs prêts à relever le défi dans le département.

À la place de l'herbicide, ils désherberont mécaniquement, sèmeront plus tard, organiseront un roulement plus important de leurs assolements pour concurrencer les mauvaises herbes, et limiteront la "fertilisation azotée", les engrais.

"Ceux qui nous ont rejoints ont atteint -50% (de produits chimiques NDLR) en deux à trois ans", se rappelle Bernard Omon, "et aujourd'hui nous avons beaucoup plus de solutions à utiliser qu'il y a vingt ans, on est juste un peu malheureux que ça ne se diffuse pas beaucoup plus et n'inspire pas plus de gens".

Moins de fioul, moins d'eau

Effectuer moins de passages pour épandre les "phytos" signifie aussi consommer moins de fioul avec le tracteur, moins d'eau dans le pulvérisateur.

Cyrille Savalle sort sa calculatrice: "C'est 27 000 litres d'eau économisés à l'année, et moins de passages au pulvérisateur ça dégage du temps pour ma famille, mes week-ends".

"Ça marche, le modèle est pérenne", assure-t-il, "et moi ça me rend serein de polluer moins, pour mes enfants, mes voisins, les consommateurs, et aussi pour moi-même".

L'agriculteur rappelle que ses confrères sont souvent les premiers touchés par leurs propres épandages, ce pourquoi il "n'accueille pas la mise en pause du plan Ecophyto", décidée par le gouvernement après la récente crise des agriculteurs, "d'un bon œil".

AFP/Matthieu CLAVEL 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité