Des adolescents ukrainiens profitent d'un séjour en paix au château de Ménilles (27)

Originaires d'une petite ville proche de Kharkiv en Ukraine, 39 adolescents ont séjourné pendant un mois dans le château de Ménilles, dans l'Eure. Loin du tumulte de la guerre, ils ont retrouvé les bienfaits d'une salle de classe rassurante, et des activités ludiques et joyeuses. Une parenthèse dans un quotidien éprouvant.

Nous sommes un matin d'hiver dans la vallée de l'Eure. L'imposant château de Ménilles apparait dans la brume, au milieu d'un parc arboré. Rien ne vient perturber la quiétude des lieux.
C'est dans ce cadre somptueux et enveloppant que 39 adolescents ukrainiens de 13 à 16 ans, et leurs accompagnateurs, séjournent pour quatre semaines, à l'abri des grondements du monde. 
Une pause bienfaisante, que ces jeunes gens doivent à la municipalité de Gennevilliers dans les Hauts de Seine, à qui le château de Ménilles appartient. "La ville de Gennevilliers souhaitait s'impliquer dans ce conflit en Ukraine, faire acte de solidarité. L'association Europe-Prykhystock nous a proposé d'accueillir des jeunes ukrainiens, pour leur permettre de respirer, de retrouver leur jeunesse pendant quelque temps" explique Eléonore Perrier, chargée des relations internationales et du jumelage à Gennevilliers.

Une classe transplantée

Ces adolescents et professeurs sont accueillis dans le cadre d'une classe transplantée. Elèves et enseignants retrouvent ici une vie cadrée, avec des horaires fixes et des cours à suivre. Chez eux à Trostianets dans la région de Kharkiv, l'école se fait le plus souvent à distance. Encore faut-il que l'électricité et internet fonctionnent.
Car cette petite ville de 20 000 habitants, proche de la frontière russe, a été attaquée le premier jour de la guerre le 24 février 2022, et en partie détruite. Une contre-offensive ukrainienne a permis de reprendre la ville quelques semaines plus tard, le 28 mars.

A Ménilles, les matinées sont réservées à l'enseignement, les après-midi aux activités ludiques ou sportives. Ce matin-là, les élèves sont répartis dans plusieurs classes. Deux professeurs dispensent des cours de mathématiques et de physique, pendant qu'un enseignant d'anglais, resté en Ukraine, prodigue ses conseils par internet. Les adolescents portent des chaussons pour la plupart d'entre eux, comme ils le feraient à la maison. "Ici, c'est très beau, c'est confortable, je suis bien. J'aime cet endroit, cette atmosphère et les gens" nous explique Polina Blizniuk, dans un large sourire.
"

Ils sont au milieu de la nature, des champs, dans un lieu architectural magnifique Le fait qu'il n'y ait pas de bruits autour c'est très reposant, ça leur permet de digérer tout ce qu'ils vivent par ailleurs, et de vivre paisiblement.

Eléonore Perrier, chargée des relations internationales à Gennevilliers (92)

Loin des yeux, près du coeur

Entre deux cours, les jeunes font une pause au baby-foot ou sur leurs téléphones. Malgré l'éloignement, ces Ukrainiens ne cessent d'être en relation avec les leurs, restés dans leur pays en guerre.
Derrière les jeux et chamailleries entre ados, l'angoisse et la tristesse ne sont pas loin. Comme pour Danil, 14 ans, qui participe volontiers aux activités, mais ne pense qu'à son pays et sa famille. 

Etre en Ukraine, c'est effrayant, il y a beaucoup de roquettes qui tombent. Ma maison a été détruite, pendant l'occupation russe. Depuis nous l'avons reconstruite. Mon père est en Ukraine et il combat là-bas. Mon frère me manque aussi, toute ma famille me manque, ma ville me manque. Je veux juste rentrer en Ukraine.

Danil Rybalka, 14 ans

Danil et ses camarades rentrent en Ukraine dans quelques jours, partagés entre le sentiment réconfortant d'avoir été à l'abri quelque temps, et l'envie de retrouver leurs familles, malgré un quotidien anxiogène. 
Pour remercier leurs hôtes de les avoir si bien accueillis, les jeunes Ukrainiens ont préparé un spectacle de fin de séjour, qu'ils interprèteront en costumes traditionnels. La musique choisie pour leur chorégraphie est une chanson de la française Zaz, qui est très appréciée en Ukraine. "Je veux de l'amour, de la joie et de la bonne humeur...Allons ensemble découvrir ma liberté, oubliez donc tous vos clichés, bienvenue dans ma réalité". Une incantation pour conjurer la dureté de leurs existences.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité