Des cabines de téléconsultation dans les pharmacies pour tenter de lutter contre la pénurie de médecins

Dans le département de l'Eure, particulièrement touché par le phénomène des "déserts médicaux", la télémédecine se développe pour permettre à des patients d'être mis en relation avec des praticiens.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Pénurie de médecins en milieu rural, difficulté pour trouver un médecin traitant, délais pour obtenir un rendez-vous : le département de l'Eure est un département particulièrement touché par la désertification médicale.

En décembre 2020, une étude de l'association des maires de France y dénombrait 94 médecins pour 100.000 habitants. Un chiffre qui faisait de l'Eure le département qui comptait le moins de médecins par habitant en France.

Au printemps 2022, la situation est toujours préoccupante et, comme l'a constaté la rédaction de France 3 Normandie, que ce soit pour un médecin généraliste, un dentiste, un ophtalmologue ou un gynécologue (ou d'autres spécialistes), il devient de plus en plus compliqué de trouver une consultation et les délais ne cessent de se rallonger.

Parmi les pistes d'amélioration, des pharmacies euroises s'équipent de cabines de télémédecine. Un équipement qui permet à un patient d'être mis en relation, via un équipement numérique, avec un médecin pour une consultation intégralement remboursée par la Sécurité sociale.

C'est le cas à Gravigny (Eure) où notre journaliste Mélisande Queïnnec a rencontré Marwan Allier, docteur en pharmacie, qui reçoit chaque jour plusieurs personnes qui viennent utiliser  la cabine de télémédecine : "Cette borne, je l'ai depuis décembre 2020. J'ai installé ça parce qu'il y avait une demande énorme de pouvoir rencontrer les médecins et il y avait une pénurie."  

Dans le département de l'Eure, particulièrement touché par le phénomène des "déserts médicaux", la télémédecine se développe pour permettre à des patients d'être mis en relation avec des praticiens. ©France Télévisions

Un manque de contact avec le patient

A une trentaine de kilomètres de Gravigny, loin de l'agglomération d'Evreux, à Breteuil, un médecin généraliste est plus que réservé sur la pertinence de ces cabines de télémédecine.

"Ça peut dépanner dans certains cas, mais ce n'est pas l'avenir de la médecine."

Marc Wursthorn, médecin généraliste à Breteuil (Eure)

Pour ce médecin installé en milieu rural, rien ne remplace le contact réel avec le patient :

"La médecine ça repose avant tout sur un interrogatoire, un examen clinique. On ausculte, on palpe… C'est la base de la médecine. Une borne ça peut dépanner dans deux ou trois cas, comme par exemple une visite de suivi pour un chirurgien, mais ce n'est pas l'avenir de la médecine et ça ne remplacera pas un médecin, en aucun cas." 

En avril 2022, on comptait une quarantaine de bornes de téléconsultation dans le département de l'Eure, principalement installées dans les pharmacies. Leur usage devrait être étendu aux consultations avec des médecins spécialistes.