Une première en France : un partenariat pour l'avenir d'une forêt dans l'Eure

L'Office national des forêts vient de signer une convention avec une intercommunalité pour la gestion et l'aménagement de la forêt de Bord-Louviers (Eure)
Un des arbres de la forêt de Bord (Eure)
Un des arbres de la forêt de Bord (Eure) © Eric Lombaert / France Télévisions (image extraite d'une vidéo)

C'est l'une des grandes forêts normandes avec 4500 hectares. Située entre Evreux et Rouen et traversée par l'autoroute A13, la forêt de Bord-Louviers appartient à l'Etat et elle est gérée par l'Office national des forêts (ONF).

Pour les grands massifs forestiers de ce genre, des plans de gestions forestières pluriannuels sont établis à l'avance dans ce que l'administration appelle des "documents-cadres". Mais grande nouveauté en ce mois de septembre 2021, l'ONF a changé ses habitudes.

Pour la première en fois en France un partenariat a été signé entre l'ONF de Normandie et  une intercommunalité : la communauté d'agglomération Seine-Eure. Un accord portant sur les 20 prochaines années et qui correspond à un souhait de travailler plus en amont avec les collectivités locales qui, explique le directeur régional de l'ONF, ont désormais "des compétences très variées dans des domaines qui intersectent les sujets forestiers comme les mobilités ou les attentes sociétales et environnementales."

Les collectivités souhaitent être acteur de leur territoire en matière d'attractivité, de qualité de vie pour les habitants. Et une forêt de 4500 hectares c'est un élément extrêmement structurant. Donc il est tout à fait logique que la collectivité ait son mot à dire."

Antoine Couka,
directeur de l'agence régionale ONF de Rouen

durée de la vidéo: 01 min 47
VIDEO - Première française : l'ONF passe un accord avec une collectivité locale

M. Couka précise, dans le cas de la forêt de Bord-Louviers, que la communauté de commune Seine-Eure a aussi souhaité avoir des indicateurs sur la biodiversité. Avant d'étudier les aménagements et équipements futurs de cette forêt, comme un théâtre de verdure ou des lieux pédagogiques et culturels, une enquête va être menée auprès des habitants :
"On va interroger la société pour connaître ses attentes et les intégrer beaucoup plus en amont, dans notre document-cadre. Parmi ces sujets : la biodiversité, le bilan carbone de la forêt, l'économie du bois et les circuits courts, mais aussi la relation ville-forêt."

Cet accord, qui est une première en France, inclut aussi l'avenir d'une forêt qui va devoir affronter les conséquences du réchauffement climatique. Un enjeu important, car comme aime à le rappeler le directeur régional de l'ONF "les forêts sont les derniers milieux naturels terrestres, et donc un espace de ressourcement important".  

Dans l'Eure, certains arbres comme les hêtres souffrent déjà de la sécheresse estivale et les spécialistes de l'ONF étudient l'implantation progressive d'essences plus résistantes en provenance du Sud.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
forêt nature environnement réchauffement climatique