• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Le vélo-taxi d’Evreux renaît de ses cendres

A Evreux, des particuliers et des entreprises ont fait des dons pour permettre au vélo-taxi de reprendre son activité / © France 3 Normandie
A Evreux, des particuliers et des entreprises ont fait des dons pour permettre au vélo-taxi de reprendre son activité / © France 3 Normandie

La solidarité des habitants d’Evreux a permis le retour du vélo-taxi. Les dons des riverains ont aidé une micro-entrepreneuse à racheter son tricycle vandalisé, dans l’Eure.  
 
 

Par Viviane Dauphoud-Eddos


C’est une cycliste qui a retrouvé le sourire. Depuis quelques jours, Anne-Lise Lecaudé pédale de nouveau dans les rues d’Evreux. Au guidon de son engin, elle est souvent chauffeure de taxi, parfois, faiseuse de courses, d’autres fois, gardienne d’enfants.

Ainsi, elle récupère le petit Antoine à la sortie de l’école pour le ramener chez lui ; elle fait, puis, livre les courses des mamies de l’immeuble ; elle véhicule aussi le piéton qui lui fait signe. C’est simple, son métier, elle le résume en une seule phrase.
 
 « Notre travail consiste à aider les personnes qui n’ont pas de voiture à se déplacer. » Anne-Lise Lecaudé, propriétaire du vélo-taxi d’Evreux 
 
Sylvie, sa co-pilote, collabore avec elle, depuis sa reprise d’activité. Un redémarrage possible grâce à la solidarité des riverains.
 
« J’étais déprimée, complètement vide, triste ».  Anne-Lise Lecaude, propriétaire du vélo-taxi d’Evreux  
 
A Evreux, le vélo-taxi renait de ses cendres
 Reportage de Viviane Dauphoud-Eddos et Eric Lombaert
Intervenante :  Anne-Lise Lecaudé

 Enorme coup dur en septembre dernier : le vol de son unique vélo-taxi. A l’époque, la boulangère reconvertie roulait depuis deux ans. Son outil de travail sera retrouvé, par la suite, totalement calciné.

La mère de famille se décourage et décide d’abandonner son activité. Mais c’était sans compter sur la solidarité des riverains. L’un des parents d’élèves inscrit dans la classe de son enfant ouvre une cagnotte sur Internet.  
Dons. Partenariats. Prêts. La micro-entrepreneuse réunit des milliers d’euros pour relancer son affaire avec un triporteur plus performant.     
 
« J’ai eu plein d’aide. On est monté à 8 000 euros».  Anne-Lise Lecaudé.
 
Remise en selle, la micro-entrepreneuse espère désormais se développer. Elle aimerait agrandir son équipe et se doter de plusieurs véhicules. La Normande espère également influencer les mentalités en incitant des habitants à délaisser leurs voitures pour des vélos.
 


 

Sur le même sujet

L'Armada 2019 sous haute sécurité

Les + Lus