Manneville-sur-Risle : une épicerie au village, nouveau lieu de sociabilité

Manneville-sur-Risle a enfin retrouvé son épicerie bar tabac. Après un parcours semé d'embûches, le petit commerce a réouvert ses portes et ambitionne d'être un lieu de rencontre dans ce petit village rural.

A Manneville-sur-Risle, on se bat pour conserver les commerces, et lutter contre la désertification rurale
A Manneville-sur-Risle, on se bat pour conserver les commerces, et lutter contre la désertification rurale © FTV

Comment faire vivre un petit village rural, comment lui donner davantage d'attractivité ? Une église, une école, un café, une boulangerie...autrefois chaque village possédait ses petits commerces et la vie s'organisait autour d'eux. A Manneville-sur-Risle dans l'arrondissement de Pont-Audemer (27), il a fallu se battre pour que l'épicerie bar tabac conserve sa place au village. 

Centre névralgique de cette commune rurale, ce petit commerce ouvert il y a 20 ans a bien failli fermer définitivement ses portes. Son ancien propriétaire n'était plus en mesure de s'en occuper et a souhaité vendre son épicerie. Alors pour ne pas que le bâtiment soit transformé en habitation et dévié de sa fonction initiale, Isabelle Duong la maire du village a décidé de racheter les murs. Et de trouver un nouvel acquéreur pour le fond de commerce. "Ca a duré deux ans, un parcours vraiment semé d'embûches, compliqué par le contexte du Covid. Parfois des gens me disaient tu n'y arriveras jamais, on est proches de Pont-Audemer, mais moi j'y croyais ! Tout ça a permis à un jeune de réaliser son rêve, et à nous à la commune

 de participer au lien social" nous explique Isabelle Duong.

L'épicerie bar tabac de Manneville-sur-Risle se veut un lieu de sociabilité
L'épicerie bar tabac de Manneville-sur-Risle se veut un lieu de sociabilité © FTV

Ce jeune homme courageux qui ne rechigne pas à travailler le week-end, c'est Philippe Quillan, un enfant du pays. Un rêve pour celui qui souhaitait devenir son propre patron. Non seulement la mairie a racheté les murs et fait des travaux, mais elle loge gratuitement le jeune entrepreneur au dessus du bar pendant un an. Un investissement lourd pour cette petite commune de 1500 habitants. Alors madame la maire est allée frapper aux portes du département, de la Région et de l'Europe pour financer ce projet à 200 000 euros. C'est ainsi que ce commerce a bénéficié du fonds européen LEADER - Liaison Entre Actions de l'Economie Rurale- qui soutient la revitalisation des zones rurales.

A 30 ans, Philippe Quillan a donc vu sa vie totalement bouleversée, mais il assume son choix. Après 12 années de salariat, le voilà depuis 15 jours à la tête de l'épicerie bar tabac de Manneville-sur-Risle. "On fait du 7h-19h pour le moment, après on verra si on a l'autorisation de travailler un peu plus. Après j'ai le tempérament pour ça, je travaille pour moi et c'est une motivation !" s'enthousiasme Philippe.

Dans quelques jours, la bar pourra même dresser sa terrasse. Une belle occasion pour les mannevillais de se retrouver pour fêter la réouverture du commerce, et l'allègement des contraintes sanitaires.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ruralité société économie