Victime d'un viol dans son enfance, l'ancien député de l'Eure Bruno Questel nommé à la Ciivise

La Commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise) a composé sa nouvelle équipe de direction, parmi laquelle l'on retrouve l'ex député de l'Eure Bruno Questel, lui-même victime d'un viol au cours de son enfance.

Il avait révélé publiquement en janvier 2021, avoir été la victime d'un viol dans son enfance, à l'âge de 11 ans.

L'ancien député LREM de l'Eure, Bruno Questel, a été nommé à la direction de la Ciivise, la Commission indépendante sur l'inceste, rejoignant ainsi les trois autres personnes qui y figuraient déjà : Maryse Le Men Régnier, ex-magistrate et présidente de la Fédération France Victimes, Thierry Baubet, chef du service de psychopathologie de l'enfant à l'hôpital Avicenne à Bobigny, et Solène Podevin, présidente de Face à l'inceste.

Entendre la parole des victimes

Créée en janvier 2021 à l'initiative d'Emmanuel Macron, la Ciivise, Commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants, a pour mission de recueillir et d'entendre la parole des victimes, et si elles le souhaitent, de leur proposer un accompagnement et une orientation adaptés à leur situation.

La commission doit ainsi créer les conditions d'une parole sécurisée, tout en préconisant des politiques publiques adaptées. Le rapport 2023 de la Ciivise fait état de plus de 80 préconisations pour améliorer la prise en charge des victimes.

La commission rappelle que 160 000 enfants sont victimes de violences sexuelles chaque année, et 5,4 millions de femmes et d'hommes en ont été victimes dans leur enfance. Des chiffres qu'il est urgent de prendre en compte.

La protection des enfants est une priorité

Ce nouveau quatuor à la tête de la Commission, qui arrive après bien des turbulences, (la démission du très apprécié juge Edouard Durand, puis celle de la direction suivante), semble bénéficier d'un bon a priori de la part des associations de victimes.

Sarah El Haïri, ministre déléguée chargée de l'enfance, de la jeunesse et des familles, a rappelé à nos confrères du Figaro ce mercredi 3 avril, que l'heure était "à la remise au travail, pour la protection de nos enfants". "La priorité sera désormais de mettre en œuvre les recommandations déjà faites et d'aller encore plus loin, en explorant l'ensemble des questions restant à soulever pour protéger tous les enfants de toutes les violences sexuelles", a-t-elle ajouté.

De nouveaux besoins ont été identifiés par la Ciivise après ces trois années d'existence. La formation des professionnels est une priorité," pour que la protection des enfants soit effective en tout lieu" poursuit Sarah El Haïri, "la question des enfants en situation de handicap, plus vulnérables encore, doit encore être approfondie. Tout comme celle des auteurs mineurs. Comment prendre en charge une famille, une fratrie dont un des enfants a agressé une sœur ou un frère plus jeune ? Comment accompagner une classe quand un élève révèle qu'il a subi des attouchements ?".

30 000 témoignages recueillis

La Ciivise a recueilli, en trois ans d'existence, 30 000 témoignages d'enfants ou d'adultes victimes de violences sexuelles dans leur jeunesse.

Bruno Questel, alors qu'il était encore député de la 4ème circonscription de l'Eure, avait choisi quant à lui de révéler son viol dans un tweet, en janvier 2021, dans le sillage de la parution du livre de Camille Kouchner "la Familia grande".

Le député LREM de l'Eure avait également témoigné il y a trois ans pour France 3 Normandie.

C'était en 1977, j'avais un peu plus de 10 ans, j'étais dans ma 11ème année. Quelqu'un que je connaissais depuis ma naissance, en qui j'avais toute confiance. Ce sont des faits qui vous marquent à jamais. La construction de votre vie se fait avec ça, qui devient l'un des premiers, si ce n'est le premier paramètre de votre construction

Bruno Questel, ancien député de l'Eure, et membre de la direction de la Ciivise

durée de la vidéo : 00h02mn20s
{} ©France télévisions

Joint par téléphone ce mercredi, Bruno Questel n'a pas souhaité s'exprimer pour le moment. "Nous prendrons la parole le 9 avril prochain" nous a-t-il indiqués.